Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

En Pologne, l’étonnante tradition de la craie pour l’Épiphanie

POLAND EPIPHANY
Reconstitution de la visite des rois mages à Poznan (Pologne) le 6 janvier 2017.
Partager

Chaque pays a des traditions qui lui sont propres pour les fêtes religieuses. En Pologne, le jour de la fête des rois mages, on bénit les maisons à la craie.

Quand la France du nord et celle du sud s’écharpent depuis des lustres pour savoir qui de la galette (gâteau fourré à la frangipane) ou de la couronne (brioche aux fruits confits) gagnera lors de l’Épiphanie, un peu plus à l’Est, à la même période, les Polonais perpétuent une tradition intéressante.

Lire aussi : Epiphanie : pourquoi le plus jeune se met sous la table pour distribuer la galette ?

Un véritable rituel

En Pologne, le 6 janvier est férié. Ce jour-là, outre les traditionnels défilés qui mettent en scène la visite des rois venus d’Orient, il existe la tradition de la craie bénite. À la fin de la messe de l’Épiphanie, un morceau de craie bénite est distribué aux fidèles. Dans certaines paroisses, il est accompagné d’un petit paquet d’encens à brûler chez soi qui rappelle qu’il est important de rendre grâce à Dieu. Cette tradition repose sur un véritable rituel. Il existe même une formule de bénédiction de la craie qui est la suivante : « Bénissez, ô Seigneur notre Dieu, cette craie, votre créature, afin qu’elle devienne salutaire au genre humain, et accordez par l’invocation de votre nom très saint que tous ceux qui l’emporteront ou qui écriront avec elle sur leurs portes les noms de vos saints Gaspard, Melchior et Balthazar, reçoivent par leur intercession et leurs mérites la santé du corps et la protection de l’âme ».

POLAND EPIPHANY
GoneWithTheWind I Shutterstock
Ici, on voit bien l'inscription « C + M + B » encadrée par les quatre chiffres de l'année 2016.

Lire aussi : Pourquoi l’Épiphanie n’est pas que la fête des rois mages ?

Les prêtres partent ensuite rendre visite à leurs paroissiens à domicile afin de porter chez eux la bonne parole et distribuer des images pieuses. Ceux-ci peuvent profiter de l’occasion pour les inviter à casser la croûte et leur glisser une mała koperta (petite enveloppe). En partant, les pasteurs tracent à la craie en haut de la porte d’entrée « K+M+B » ou « C+M+B », ainsi que les chiffres de l’année qui vient de commencer (« 2019 », donc, pour cette année), divisés en deux afin d’encadrer les lettres. Lesquelles reprennent les initiales de Kasper, Melchior et Baltazar et représentent également les initiales de la locution latine Christus Mansionem Benedicat, qui signifie « Que le Christ bénisse cette maison ».

Remettre sa maison dans la main de Dieu

Cette tradition permet de bénir les maisons et de souhaiter le meilleur à leurs habitants pour l’année qui vient. De surcroît, ce signe extérieur montre que des chrétiens vivent là. Ce rite est présent dans d’autres pays comme la République tchèque ou encore le Canada. Une autre tradition polonaise, plus récente, est celle des reconstitutions du périple des mages. Ces cortèges se multiplient dans tout le pays et rencontrent un fort essor. À Varsovie, le défilé des rois mages réunit chaque année des dizaines de milliers de personnes.

Lire aussi : Quand un cimetière s’illumine, la belle tradition de la Toussaint en Pologne

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]