Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !
Aleteia

Plume d’Emmanuel Macron, Sylvain Fort quitte ses fonctions

SYLVAIN FORT
Ludovic MARIN / AFP
Sylvain Fort, conseiller en communication et chargé des discours auprès d'Emmanuel Macron, quitte ses fonctions.
Partager

Auteur du discours d’Emmanuel Macron sur les religions au Collège des Bernardins et de l’hommage rendu par le président au colonel Arnaud Beltrame, Sylvain Fort, conseiller communication et discours à la présidence, a annoncé qu’il quittait ses fonctions à la fin du mois de janvier.

Conseiller en communication et chargé des discours auprès d’Emmanuel Macron, Sylvain Fort a annoncé qu’il allait quitter l’Élysée fin janvier pour s’« orienter vers d’autres projets professionnels et personnels » et « consacrer du temps » à sa famille. Âgé de 46 ans Sylvain Fort, normalien et passionné d’opéra, a été professeur, éditeur et auteur de plusieurs ouvrages, notamment sur Puccini. Il avait rejoint l’équipe de campagne d’Emmanuel Macron en 2016 en tant que conseiller à la communication.

Après l’élection du président, Sylvain Fort avait refusé de s’occuper du pôle communication de l’Élysée, jugeant le poste trop chronophage et préférant une fonction plus monacale. C’est ainsi que le « Balzac de l’Élysée » était devenu « plume » et « conseiller mémoire », précise Le Parisien, qui a révélé l’information. Ces derniers mois, après l’affaire Benalla, il avait aussi pris en charge la communication.

« On lui doit, sur les quelque 300 discours qu’il a rédigés, celui prononcé par Macron au collège des Bernardins sur les religions. Mais celui dont il est le plus fier est l’hommage national rendu au colonel Arnaud Beltrame, dans la cour des Invalides », indique encore Le Parisien. En effet, dans la cour d’honneur de l’hôtel des Invalides, le président de la République avait rendu hommage au colonel Arnaud Beltrame, assassiné par un terroriste islamiste le 23 mars dernier à Trèbes (Aude). Dans son intervention, sur laquelle planait la figure de Charles Péguy, le chef de l’État a voulu — et réussi — à donner pleinement sens au sacrifice de l’officier de gendarmerie.