Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mercredi 20 octobre |
Sainte Adeline
Aleteia logo
home iconSpiritualité
line break icon

La bénédiction du Jour de l’an, c’est quoi ?

DR

Bénédiction du jour de l'an au Québec

Le blogue de Jacques Gauthier - Publié le 31/12/18

Une tradition très populaire au Québec !

La liturgie nous présente toujours ce texte au début d’une nouvelle année : « Que le Seigneur te bénisse et te garde ! Que le Seigneur fasse briller sur toi son visage, qu’il se penche vers toi » (Nombres 6, 24-25). Bénir signifie vouloir du bien, souhaiter ce qu’il y a de meilleur, transmettre la lumière, faire grandir. La prière de bénédiction est au cœur de la tradition juive. Rien de magique là-dedans. La bénédiction est une parole qui a du poids, parce qu’elle rend léger ; parole qui engage et qui nous rapproche des autres.

Prenons l’exemple de la bénédiction du Jour de l’an qui était très populaire au Québec. Cette tradition se perd de plus en plus dans nos sociétés sécularisées. Dommage, car nous avons besoin de rites qui expriment le sacré. La bénédiction du Premier de l’an est une liturgie familiale célébrée dans cette petite église domestique qu’est la maison. Plusieurs d’entre vous se souviennent de ce moment sacré, chargé d’émotion, où le temps semblait s’arrêter.




Lire aussi :
Ces belles traditions du Nouvel An

Le 1er janvier, l’aîné demandait la bénédiction à son père au nom de tous. Les enfants et l’épouse s’agenouillaient devant lui. Il disait un petit mot, faisait le signe de la croix en disant : « Que Dieu tout-puissant vous bénisse, le Père, le Fils et le Saint-Esprit ». Et tous de répondre : « Amen ». On se relevait et on se souhaitait gaiement une bonne année et le Paradis à la fin de nos jours.

Mon père nous a toujours donné sa bénédiction. Il faisait ce geste avec noblesse, une larme au coin de l’œil. Il terminait péniblement la bénédiction, tant l’émotion était grande. Cette vulnérabilité offerte avec pudeur nous le rendait tellement humain, proche, vrai. C’était un moment de grande fierté pour lui, un signe de reconnaissance de sa valeur, un témoignage de sa foi. Ce moment sacré soudait la famille encore plus. Mon père aurait été très déçu qu’on laisse de côté ce rite qui lui tenait à cœur. À l’aube de ses 90 ans, il donne encore aux cinq enfants sa bénédiction paternelle, plus souvent par téléphone.

Lire la suite sur le blogue de Jacques Gauthier.

Tags:
nouvel an
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
Frankie & Royce wedding
Lauriane Vofo Kana
77 ans après, elle renouvelle ses vœux de mariage… avec une robe ...
2
Bracelet Marie-Antoinette
Marzena Devoud
L’émouvante histoire du bracelet de Marie-Antoinette
3
Camille Dalmas
Jean Castex reçu par le pape François
4
WEB2-Bishop_Michael.jpg
Agnès Pinard Legry
Admirateur de Benoît XVI, un évêque anglican devient catholique
5
Hugues Lefèvre
À Rome, Jean Castex célèbre les relations entre la France et l’Ég...
6
Mathilde de Robien
Rapport Sauvé : au cœur de la souffrance, des témoignages chargés...
7
Père Jacques de Longeaux
La réponse de Jésus à la tentation du pouvoir
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement