Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Ces expressions qui ont une origine biblique : « Prendre sous son aile »

TOBIAS VANGT DE VIS
Domaine Public
[Bildindex der Kunst und Architektur]
Partager

Découvrez ces expressions que nous utilisons depuis notre plus jeune âge. Certaines ont tellement imprégné notre culture qu’on ne soupçonne pas qu’elles puissent avoir une origine biblique.

Prendre sous son aile

Cette jolie expression, très imagée, qui signifie prendre sous sa bienveillante protection, veiller sur quelqu’un, nous évoque une mère poule protégeant avec affection ses poussins des dangers extérieurs. Cette image est employée par le Christ lui-même, qui dit vouloir rassembler les enfants de Jérusalem « comme une poule rassemble ses poussins sous ses ailes » (Mt 23, 27). Mais à l’origine de l’expression, l’aile en question est celle de l’ange gardien à l’abri de laquelle nous pouvons traverser la vie terrestre en sécurité. C’est notamment celle de l’ange Raphaël dans le Livre de Tobie.

Tobie est le fils de Tobit, juif déporté à Ninive (faubourgs de l’actuel Mossoul, en Irak) par les Assyriens qui ont conquis Israël. Tobit est un homme juste qui est demeuré fidèle à sa foi et ses valeurs et les a transmises à son fils. Devenu aveugle après avoir reçu de la fiente d’oiseaux sur les yeux, il envoie Tobie chercher une somme d’argent qu’il avait laissée en dépôt chez un parent en Médie (aujourd’hui le nord-ouest de l’Iran) une vingtaine d’années auparavant. Dieu envoie à Tobie un compagnon de route qui se fait appeler Azarias mais qui n’est autre que l’ange Raphaël. Il prend le jeune homme sous sa protection. Au cours de leur périple, Azarias/Raphaël révèle à Tobie comment rendre la vue à son père et il l’aide à libérer sa future épouse, Sara, d’un démon qui, par sept fois déjà, a fait mourir ses maris successifs avant leur nuit de noces.

Ce n’est qu’une fois Tobie rentré sain et sauf de voyage avec l’argent qu’il était parti chercher, Tobit guéri de sa cécité et les noces avec Sara célébrées que l’ange Raphaël révèle sa véritable identité :

« Moi, je suis Raphaël, l’un des sept anges qui se tiennent ou se présentent devant la gloire du Seigneur. » (Tb 12 : 15).

Dieu guérit

Le Livre de Tobie fait partie des livres deutérocanoniques des Églises catholique et orthodoxe mais n’est pas intégré dans la Bible hébraïque. Cette belle histoire, qui se termine bien et dont les textes sont souvent proposés aux jeunes couples lors des préparations au mariage, célèbre l’amour et la confiance.

« Tu es juste, Seigneur, toutes tes œuvres sont justes, tous tes chemins, miséricorde et vérité ; c’est toi qui juges le monde. » affirme Tobit, malgré les épreuves qu’il traverse.

« Béni sois-tu, Dieu de miséricorde ; béni soit ton nom pour les siècles ; que toutes tes œuvres te bénissent à jamais ! » prie Sara malgré son désespoir alors qu’elle vient d’être insultée par une jeune servante de son père qui l’accuse d’avoir tué ses maris.

Dieu entend leur prière et leur envoie son ange sous forme humaine pour les accompagner sur leur route et les conduire jusqu’à leur destination.

Raphaël est l’un des trois archanges, avec Michel et Gabriel, tous trois fêtés le 29 septembre et à qui l’on associe le titre de « saint ». Raphaël signifie Dieu guérit. Il guérit l’amour entre l’homme et la femme et l’on peut demander son intercession pour rencontrer l’âme sœur et protéger les couples dans le mariage. Il est aussi l‘un des saints patrons des médecins, que l’on peut invoquer pour une guérison profonde du corps et de l’âme, symboliquement, pour préserver de la cécité physique et spirituelle. Et comme il a protégé Tobie lors de son périple, il protège tous les voyageurs, on peut même l’implorer pour lutter contre le mal de mer !

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]