Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Pendant 10 ans, George Bush père a discrètement parrainé un jeune Philippin

GEORGE BUSH
Partager

Après son décès le 10 novembre dernier, une association a révélé que George H.W. Bush, président des États-Unis de 1989 à 1993, avait parrainé discrètement un jeune garçon pendant une dizaine d'années.

Parrainer un enfant à l’étranger, c’est lui faire un beau cadeau. C’est ce qu’a fait l’ancien président des États-Unis George H.W. Bush pour un enfant philippin durant 10 ans en toute discrétion. L’homme d’État décédé le 10 novembre 2018 a agi par l’intermédiaire de l’association chrétienne Compassion International, qui permet de parrainer des enfants pauvres en passant par les églises locales. Afin de passer incognito, il a choisi un pseudonyme, signant ses lettres « G. Walker ».

Son premier envoi date du 24 janvier 2002 : « Cher Timothy, écrit-il, je souhaiterais être ton nouveau correspondant. Je suis un vieil homme de 77 ans, mais j’aime beaucoup les enfants. Et même si je ne t’ai pas encore rencontré, je t’aime déjà. J’habite au Texas. Je t’écrirai de temps en temps ».

Un acte de générosité « sans fanfare »

De 2002 à 2012, « G. Walker » a donc régulièrement envoyé des dons pour soutenir l’enfant dans sa scolarité et ses activités, lui envoyant également feutres et carnets. Il lui donnait des conseils et l’invitait à dire ses prières, ainsi qu’il affirmait le faire lui-même. De son côté, le jeune garçon lui répondait et lui préparait des dessins. Jim McGrath, l’ancien chargé de communication de Bush, a confirmé que les lettres étaient bien authentiques, reconnaissant là « l’un des innombrables actes de bonté réalisés par George Bush au cours des ans, sans fanfare ».

« Le bien ne fait pas de bruit ! », a quant à lui tweeté l’abbé Pierre Amar, ajoutant que cette belle histoire « rappelle que la politique et le pouvoir peuvent être autre chose que des postures de com », à savoir une dimension de « réel service ».

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]