Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Dimanche 09 mai |
Saint Pacôme le Grand
home iconAu quotidien
line break icon

Management : du collectif à la coopération

TEAMWORK

Rawpixel.com - Shutterstock

Pierre d’Elbée - Publié le 16/12/18

L’union fait la force, et même l’intelligence. Mais sans leadership adapté, le collectif montre vite ses limites.

En 1926, le statisticien anglais Francis Galton assiste à une foire agricole à Plymouth. Il observe avec intérêt un concours où il s’agit de deviner au jugé le poids d’un bœuf. Alors même que les 800 estimations individuelles du public sont très disparates, la moyenne, constate Galton, arrive à 1 gramme près au poids exact de l’animal ! Ce curieux phénomène prendra le nom de l’expérience de Galton… Qu’en penser ? Magie de l’intelligence collective ? Triomphe de la démocratie ? Démenti pour ceux qui associent le collectif à la médiocrité, selon le mot de Pierre Desproges : « Quand des hommes se regroupent en foule, leur intelligence ne s’additionne pas, elle se divise » ?

D’abord, est-on bien sûr de l’expérience ? On a recommencé avec un pot contenant 810 fèves : on demande à 46 personnes d’estimer le nombre de fèves. On arrive à une moyenne de 846. Or seulement 2 personnes sur les 46 ont fait mieux. Nouvelle expérience avec 850 fèves et 56 personnes : la moyenne est de 871. Une seule personne sur les 56 a fait mieux. Pourtant, comme le note avec bon sens le sociologue Gérald Bronner, s’il est bien vrai que dix hommes peuvent lever une masse dix fois plus importante qu’un seul, il serait risible de considérer que dix courent dix fois plus vite qu’un seul.




Lire aussi :
5 conseils pour devenir un leader chrétien authentique

Les avantages du collectif

Comment se manifestent les avantages du collectif ?

– Connaître : dans l’émission Qui veut gagner des millions ? aux États-Unis, les statistiques montrent que le recours à l’avis du public apporte en moyenne 91% de réponses exactes, alors que l’ »appel à un ami », expert de la question, n’en apporte que 65%. CQFD. Hormis les problèmes de très grande expertise, ou encore des sujets sur lesquels les participants sont totalement ignorants : dans ces derniers cas effectivement, un seul mieux informé a facilement raison contre tous.

– Créer : c’est le but du brain storming, dont chacun sait qu’il est plus productif que la créativité individuelle, notamment dans la résolution de problème. Cela dit, les œuvres majeures de création de l’humanité sont rarement élaborées par un collectif, mais plutôt par des individus.

– Décider : une décision démocratique est mieux accueillie que la décision unilatérale d’un seul. Mais qu’en est-il de sa pertinence, de sa rapidité, de sa capacité à affronter le long terme ? Sans responsable, la décision collective prend le risque du laisser aller où chacun comptant sur l’autre, la décision perd de son efficacité.

– Coopérer : mettre en œuvre des solutions collectives dans la coopération suppose la participation de chacun en même temps que le regard orienté vers un objectif partagé. C’est satisfaisant pour les individus et efficace en raison d’une proximité des acteurs avec le terrain. Ce n’est pourtant pas un laisser faire qui s’oppose à une attitude hiérarchique abrupte, mais un entre-deux subtil fait d’unité et de liberté.


TEAMWORK,COLLABORATION

Lire aussi :
Les avantages insoupçonnés du travail d’équipe

Les trois conditions de l’excellence collective

Dans son livre The Wisdom of Crowds (La Sagesse des foules), James Surowiecki observe trois conditions pour bénéficier de l’intelligence collective : l’excellence du groupe doit pouvoir s’exprimer par une moyenne, et donc un chiffre ; chacun peut s’exprimer sans influence extérieure ; plus la diversité des participants est grande, plus l’estimation sera juste.

Ces conditions sont intéressantes pour comprendre le fonctionnement de la coopération, mais il faut en ajouter une autre, qui répond à des questions essentielles : qui encourage l’autonomie des participants et leur permet de s’exprimer librement ? Qui défend la concorde dans un groupe aux membres divers pour éviter tout particulièrement qu’un conflit dégénère ? Un leader ou un groupe leader. Cette condition montre que si la coopération peut s’appuyer sur des avantages spontanés du collectif, elle a rapidement besoin d’être accompagnée et défendue par un leadership efficace.


JEANNE D'ARC

Lire aussi :
Sommes-nous tous appelés à être leaders ?

Tags:
entrepriseleadershipsciences
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
Steuben_-_Mort_de_Napoleon.jpg
Agnès Pinard Legry
Napoléon s’est-il réconcilié avec Dieu avant de mourir ?
2
TEENAGERS, LOVE, PARK
Edifa
Comment distinguer le flirt de l’amour vrai ?
3
WEB2-ALEXEI NAVALNY-RUSSIA-shutterstock_1662094504.jpg
Agnès Pinard Legry
Russie : le message inattendu d’Alexeï Navalny pour Pâques
4
Mathilde de Robien
Ces cadeaux de confirmation auxquels vous n’aviez pas pensé
5
MADAME ELISABETH
Mathilde de Robien
Que faut-il encore pour qu’Elisabeth de France soit déclarée bien...
6
WEB2-INDIA-FUNERAL-COVID-AFP-075_makhija-notitle210430_npA5k.jpg
Agnès Pinard Legry
Inde : les « anges de la miséricorde », un rempart de dignité fac...
7
Agnès Pinard Legry
Peter Nha, 23 ans, a donné sa vie pour sauver trois de ses amis
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement