Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mercredi 28 octobre |
Saint Jude
home iconFor Her
line break icon

"Bons" ou "mauvais" bulletins scolaires : comment réagir ?

MOTHER CHILD

Leszek Glasner I Shutterstock

Mathilde de Robien - Publié le 14/12/18

Les trois temps à observer à la réception du fameux bulletin de notes de son enfant : adopter une attitude positive, dialoguer, trouver les solutions pour l’accompagner.

C’est la fin du premier trimestre, les conseils de classe s’enchaînent et les bulletins ne vont pas tarder à faire leur apparition. Apparition parfois redoutée par les enfants et les adolescents, car source de tensions – voire de punitions – lorsque les résultats scolaires ne sont pas à la hauteur des attentes parentales. Pistes afin de réagir de manière constructive.

Avant même de décacheter la fameuse enveloppe ou de cliquer sur le mail dont on imagine parfois qu’ils prédisent de manière sibylline l’avenir de son enfant, il est bon d’adopter une attitude ouverte, positive, et de se rappeler que la réussite scolaire de son enfant ne dépend pas d’un seul bulletin (et à plus fortes raisons du premier de l’année), afin de relativiser les enjeux. Bien sûr, la réussite scolaire est importante mais qu’entendons-nous par « réussite » ? Est-ce être le premier de la classe, ou alors faire de son mieux ? La deuxième option semble plus louable. Gardons aussi à l’esprit que les difficultés rencontrées par son enfant peuvent être passagères et surmontables, à condition de les identifier et de s’impliquer auprès de lui.

Dialoguer avec son enfant

Vous avez ouvert l’enveloppe, vous avez pris connaissance des notes et des observations des professeurs. Il est temps maintenant de parler à votre enfant. Commencez par le féliciter de ses succès, même s’ils se cantonnent au sport ! Valorisez ses compétences particulières, quand bien même elles ne seraient pas mises en valeur dans sa moyenne générale.


KID TEST RESULTS

Lire aussi :
Que dire à un enfant qui accumule les mauvaises notes ?

Que dire par rapport aux résultats qui déçoivent ? Tout d’abord, évitez de punir ou de gronder, d’autant plus si l’enfant a travaillé. Montrez-lui votre soutien et votre affection indéfectibles. Ce n’est pas parce qu’il a de mauvaises notes que vous l’aimez moins. Il est important qu’un enfant comprenne cela. Rappelez-lui que les bulletins sont une manière de mesurer des savoirs et des connaissances, et non un jugement de sa personne. Soulignez ses efforts et ses progrès, mêmes petits. Écoutez ce qu’il a à vous dire.

S’impliquer auprès de son enfant

Vient ensuite le temps des décisions. De quoi l’enfant a-t-il besoin pour progresser et faire mieux ? Cette partie demande nécessairement un investissement de la part des parents. D’abord pour identifier là où le bât blesse, puis pour accompagner l’enfant. Cela peut être de superviser les devoirs à la maison dans certaines matières, l’aider à s’organiser dans son travail, lui faire prendre quelques cours de soutien, rencontrer les professeurs des disciplines concernées pour comprendre ce qui se passe en classe. Avoir une discussion franche avec son enfant peut également permettre de trouver des solutions aux problèmes qui peuvent nuire à ses notes : manque de concentration, de travail, de sommeil, tensions avec un ou plusieurs camarades…

Faut-il récompenser ?

Marquer d’un cadeau ou d’une récompense des progrès ou de bons résultats peut être un moyen pour encourager l’enfant à continuer dans cette voie. Cependant, ce système doit être utilisé avec jugement et à l’occasion, afin de ne pas entrer dans un engrenage ou dans un chantage affectif.


CIERGES A L'EGLISE

Lire aussi :
Périodes d’examens : mais pourquoi allumer un cierge pour son enfant ?

Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Tags:
ecoleÉducation
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Domitille Farret d'Astiès
Elles ont appris à les aimer : ces ...
Camille Dalmas
Derrière la phrase du Pape sur les homosexuel...
Mathilde de Robien
Franz et Franziska Jägerstätter, un couple un...
Marzena Devoud
Le rituel matinal du pape François avant de s...
statue de femme les yeux bandés
Mgr Benoist de Sinety
Dans nos aveuglements, le diable montre son v...
belle mère et belle fille
Jeanne Larghero
S’embrouiller avec sa belle-mère en trois leç...
dessin caricature
Guillaume de Prémare
Terrorisme islamique : l’impasse du droit au ...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement