Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Pape François : « Le Notre Père, une prière brève mais audacieuse »

POPE FRANCIS
Antoine Mekary | ALETEIA | I.Media
Audience générale du 12/12/2018. "Avoir foi est une habitude au cri"
Partager

Avec une « immense compassion », Dieu veut que les hommes lui parlent « sans crainte », a insisté le pape François lors de l’audience générale du 12 décembre.

Cliquez ici pour ouvrir le diaporama

Tout sourire, le chef de l’Église catholique a remonté l’allée de la salle menant à l’estrade. Sur le chemin, des pèlerins lui ont tendu un gâteau surmonté d’une bougie allumée. Amusé, le Pape l’a soufflée, à quelques jours de son 82e anniversaire. Quelques mètres plus loin, alors qu’il saluait des personnes handicapées, l’une d’entre elles l’a longuement serré dans ses bras. Puis, le successeur de Pierre s’est installé dans son fauteuil pour poursuivre ses catéchèses sur la prière du Notre Père.

Enseignée aux disciples par Jésus Lui-même, a rappelé le souverain pontife, la prière du Notre Père est « brève mais audacieuse ». Elle ne commence pas par une formule d’adoration, mais par l’affirmation de la « confiance filiale ». Cette prière veut donc faire « tomber les barrières » pour que l’homme s’adresse « sans crainte » à son Père « plein de compassion ». « Il nous comprend et nous aime tant », s’est ému l’évêque de Rome.

Lire aussi : Sur les pas de Notre-Dame de Guadalupe, patronne du Mexique

Cette prière, a-t-il poursuivi, est composée de sept demandes, chiffre de « plénitude ». Celles-ci s’insèrent dans la « réalité concrète » de la vie, car le Seigneur ne veut pas « anesthésier » les besoins humains. Au contraire, Il veut que « chaque inquiétude s’élance vers le ciel ». « Avoir foi, a affirmé le Pape, est une habitude au cri ». Et ainsi, cette prière ne « précède » pas seulement le Salut, mais le « contient » car elle « libère du désespoir » face aux situations insupportables. C’est un acte de foi « très noble », a estimé le souverain pontife, pas moins digne que la louange.

La « profonde simplicité » du chant Douce Nuit

« Ne craignons pas de nous adresser à Dieu avec confiance dans toutes les circonstances », a repris le pape François en saluant les pèlerins de langue française. À plusieurs autres groupes, notamment les hispanophones et les Polonais, le pontife a mentionné la célébration le jour même de la fête de Notre Dame de Guadalupe. « Saint Jean Paul II a recommandé à sa protection maternelle la vie et l’innocence des enfants », a-t-il rappelé. À cette occasion, le Pape doit célébrer une messe dans la basilique Saint-Pierre à 18h.

Lire aussi : Spécial Noël : le frère franciscain et ténor Frère Alessandro chante Douce nuit

Parmi les groupes présents, le chef de l’Église catholique a relevé la participation d’une délégation des parlementaires autrichiens, à Rome pour le bicentenaire du chant de Noël Douce Nuit. « Par sa profonde simplicité, a-t-il considéré, ce chant nous fait saisir l’événement de la Nuit sainte ». Ce chant autrichien a en effet été exécuté pour la première fois le 24 décembre 1818. Appelé Stille Nacht en allemand, il a ensuite été traduit dans de nombreuses langues.

Cliquez sur le diaporama pour découvrir les images de l’audience :

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]