Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Les secrets de fabrication des véritables santons de Provence

© Création santons Fouque.jpg
La Provençale au panier d’olives, avant cuisson.
Partager

Chaque année dans la crèche les santons sont fidèles au rendez-vous. On en oublierait presque de se demander d’où ils proviennent, qui les a fabriqués, avec quels matériaux… Pour le savoir, Aleteia s’est rendu dans leur pays natal, en Provence pour visiter l’atelier de la célèbre Maison Fouque.

Cliquez ici pour ouvrir le diaporama

« Santon » vient du mot provençal « santoun » qui signifie « petit saint ». Il désigne les figurines d’argile représentant Jésus, Marie et Joseph, le bœuf et l’âne, l’ange, les rois mages et tous les personnages ajoutés par la tradition provençale. La Maison Fouque, labellisée « entreprise du patrimoine vivant » (EPV), les fabrique depuis 1934 dans les règles de l’art, c’est-à-dire entièrement à la main et dans son atelier d’Aix-en-Provence. Ses santons sont renommés en France mais aussi à l’étranger et même au Vatican. En mars 2018, Monseigneur Christophe Dufour, archevêque d’Aix-en-Provence et Arles, a en effet offert au pape François le santon emblématique de la maison : Le Coup de Mistral.

© Sophie Spiteri
Le Coup de Mistral

Lire aussi : La crèche en sable et le sapin du Vatican inaugurés

Depuis quatre-vingt-quatre ans, quatre générations se sont succédées, apportant chacune de nouveaux personnages à une impressionnante collection de mille huit cents modèles. Toute l’année, l’atelier travaille à produire ces merveilles d’artisanat, abouties jusque dans les moindres détails. Plis des vêtements, accessoires, expressions des visages, attitudes, rien n’est laissé au hasard. Et puisque chaque santon a sa personnalité, Mireille Fouque, la directrice actuelle de la maison, suggère d’en choisir un par membre de la famille : « Si une personne que l’on aimait beaucoup est décédée, on peut aussi la représenter par un santon qui lui ressemble et le mettre tout près de la Sainte Famille. Ou bien si votre enfant est à Tokyo ou à New-York et ne rentrera pas pour Noël, son santon vous le rendra proche », indique Mireille Fouque.

Plongez dans l’atelier d’un authentique santonnier en cliquant sur le diaporama :

 

 

Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]