Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Murillo, le peintre qui a sublimé la Vierge Marie

PEINTURE VIERGE À L'ENFANT
© Wikipedia
Bartolomé Esteban Murillo, La Madonne du rosaire, vers 1670-1680, Londres, Dulwich.
Partager

Il y a 400 ans naissait l’un des plus grands peintres espagnols, chef de file de l’école de Séville et magnifique représentant du Siècle d’Or avec Velasquez et Zurbaran. Célèbre pour sa peinture de genre, qui montre des portraits de femmes et d’enfants pauvres d’un réalisme saisissant, Bartolomé Esteban Murillo est surtout connu pour ses peintures religieuses dont les nombreuses "Madones" qui lui valurent un immense succès.

Cliquez ici pour ouvrir le diaporama

Peintre profondément chrétien et humaniste, Murillo s’est révélé dès sa jeunesse comme un grand artiste catholique. Diffuseur de la doctrine tridentine, missionnaire de l’espérance après la peste de 1640, défenseur des saints sévillans… sa peinture exprime l’avènement en Espagne d’une nouvelle religiosité, débarassé de l’héroïsme ostentatoire davantage marquée chez son contemporain Zurbaran. Inspiré par la grande misère qui régnait dans les rues de Séville au XVIIe siècle, Murillo a peint la pauvreté sous un jour nouveau. Défait du pathos, il la montre telle qu’elle est, sous un aspect bienveillant en accord avec ses valeurs  chrétiennes.

Les madones, son plus grand succès

Mais ses œuvres religieuses, notamment les nombreuses représentations de la Vierge Marie qui jalonnent sa carrière, demeurent son plus grand succès. Il aime la représenter dans tous les moments de sa vie : seule avec l’Enfant-Jésus, en famille avec Joseph, avec l’ange Gabriel ou en Vierge immaculée, iconographie pour laquelle il porte une affection toute particulière.

Qualifié de peintre de la douceur, la palette de Murillo est pourtant, dans sa jeunesse, plus sombre, marquée par le ténébrisme de Caravage. Sa découverte des modèles vénitiens et flamands vont l’amener tout doucement à réaliser des compositions plus souples, plus légères, relevées par des coloris riches et une lumière légèrement diffuse. En contemplant ses madones, c’est bien un sentiment de douce sérénité qui se révèle, invitant naturellement au recueillement. Transcendant et profondément humain, deux mots qui résument à eux seuls le style bien personnel de Murillo.

Découvrez ses plus belles madones en cliquant sur le diaporama :

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]
Les lecteurs comme vous contribuent à la mission de Aleteia

Depuis notre création en 2012, le nombre de lecteurs de Aleteia a augmenté rapidement dans le monde entier. Notre équipe est déterminée à proposer des informations qui enrichissent et inspirent la vie de nos lecteurs avec une dimension catholique. C'est la raison pour laquelle nous voulons que nos articles soient gratuits et librement accessibles à tout le monde, mais pour ce faire, nous avons besoin de votre aide. Un journalisme de qualité a un coût (que la publicité sur Aleteia ne peut couvrir entièrement). C'est pourquoi des lecteurs comme VOUS font une différence majeure en faisant un don d'à peine 3 euros par mois.