Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

La musique, un vecteur de bonheur selon Doisneau

ROBERT DOISNEAU
© Atelier Robert Doisneau
Partager

Doisneau a photographié toute sa vie la musique. Des chanteurs de rue aux stars les plus célèbres, il a immmortalisé, à travers des centaines de clichés, les joies de la musique. La philarmonie de Paris consacre une exposition inédite sur ce pan méconnu de la carrière du photographe jusqu'au 28 avril 2019.

Cliquez ici pour ouvrir le diaporama

« Dans mon école idéale de photographie », disait Robert Doisneau, « il y aurait un professeur de bouquet et un professeur de musique. On ne formerait pas des virtuoses du violon, mais on expliquerait le rôle de la musique qui donne une lumière sur les civilisations passées, formation complémentaire très nécessaire ». Dévoiler le sens musical de l’œuvre du photographe, voilà toute l’ambition de cette nouvelle exposition qui rassemble plus de deux cents photographies.

Doisneau, un photographe mélomane

On connaît son amour pour les Paris et sa banlieue, récemment pour le bord de mer, aujourd’hui c’est au cœur du monde musical que se dévoile son regard humaniste. Mais plus que l’amour de la musique, c’est l’amour des gens qui se révèle dans chacun de ses clichés, comme en témoigne l’immense galerie de portraits, poétiques ou amusés, des artistes qu’il a immortalisés. Des chanteurs, aux musiciens, jusqu’aux fanfares, il s’attache à montrer tout ce qui donne des airs de fête à la rue.

Dans les années 1950, il captait la mélancolie de Pierre Schaeffer, le père de la musique acoustique ou encore le sourire de Pierre Boulez, l’enfant terrible, figure de référence en matière de musique aléatoire. Dans les années 1980, il croisait le chemin de plusieurs stars de la chanson comme les Rita Mitsouko, alors en pleine jeunesse.

La musique, un remède à la tristesse

Mais sa plus belle réalisation musicale adviendra lors de sa rencontre avec le violoncelliste skieur, Maurice Baquet. Dès leur rencontre, au lendemain de la guerre, ils décident de réaliser un livre. C’est alors la naissance, en 1981, de Ballade pour un violoncelle et chambre noire, un recueil de photographies où le musicien utilise son instrument dans toutes sortes de situations comiques. Doisneau s’adonne alors à tous les plaisirs de la photographie : montages, trucages, collages… Il écrira en parlant de Baquet : « Quand nos routes se sont croisées, j’avais trouvé mon professeur de bonheur ».

Le bonheur, l’objectif principal de la musique ? « Elle chasse la haine chez ceux qui sont sans amour. Elle donne la paix à ceux qui sont sans repos, elle console ceux qui pleurent », disait le violoncelliste Pablo Casals. Une phrase qu’aurait pu s’approprier Robert Doisneau qui voyait la musique comme un remède à la tristesse. « Dans la rue, vous sifflotez des petits airs qui vous donnent du courage », écrivait-il avec une pointe de mélancolie.

En images : quand Doisneau photographie la musique

 

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]
Les lecteurs comme vous contribuent à la mission de Aleteia

Depuis notre création en 2012, le nombre de lecteurs de Aleteia a augmenté rapidement dans le monde entier. Notre équipe est déterminée à proposer des informations qui enrichissent et inspirent la vie de nos lecteurs avec une dimension catholique. C'est la raison pour laquelle nous voulons que nos articles soient gratuits et librement accessibles à tout le monde, mais pour ce faire, nous avons besoin de votre aide. Un journalisme de qualité a un coût (que la publicité sur Aleteia ne peut couvrir entièrement). C'est pourquoi des lecteurs comme VOUS font une différence majeure en faisant un don d'à peine 3 euros par mois.