Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Gilets jaunes : un mai 68 à l’envers ?

YELLOW JACKETS
Martin Bertrand I Hans Lucas
Mardi 20 novembre, les gilets jaunes, contre la hausse du carburant, bloquent depuis le samedi 17 novembre le rond-point principal de la périphérie de Dinan en Bretagne.
Partager

Les Gilets jaunes ne sont pas seulement cette France périphérique que le pouvoir parisien ignore, ils sont les vétérans de Mai 68. Une génération déracinée qui a perdu le sens de la vie et de sa place dans la société.

Sous la plage, les pavés ! En mai 68, tout était parti de ce que Maurice Clavel avait appelé un « retour de l’Esprit », une manière de Pentecôte jeuniste qui, en quelques jours, était passé de la dénonciation du matérialisme (« sous les pavés, la plage », selon la formule revendiquée par Jean-Édern Hallier) à un mouvement générationnel. Le pavé, c’était la société bourgeoise des villes. La plage, c’était les grandes vacances qui approchaient, la campagne, la Nationale 7 et les filles. Mais 68 fut une bataille des jeunes contre les vieux. Les étudiants qui avaient de l’avenir plein les poches voulaient non pas le désordre, mais bien un nouvel ordre, dont ils seraient les maîtres.

Le meurtre du père

L’affaire a tourné court en apparence. Les vieux en avaient vu d’autres. Ils ont remis tout le monde dans le rang après les législatives. La jeunesse française s’était offert, le temps d’un bref chahut, le luxe d’ébranler le général de Gaulle, un président âgé et glorieux qui récapitulait tout ce qu’au fond elle détestait. Les slogans de mai, son moteur même, étaient un appel au meurtre du père. C’est pourquoi les tentatives de récupération par des quinquagénaires comme Mitterrand ou de sexagénaires comme Mendès-France, ont alors sombré dans le ridicule.

Une fois le père tué, après 1969, les fils sont allés chez le coiffeur. Ils ont pris le pouvoir sans plus se poser de question. Ils ont fait carrière. Aujourd’hui, ils sont à la retraite, à l’exemple de leur leader Daniel Cohn-Bendit, définitivement rangé des voitures, cantonné au rôle très bourgeois de commentateur désabusé de la vie politique.

Une révolution inverse

Nous avons à présent une révolution inverse de celle de mai, et d’ailleurs sans équivalent dans notre histoire, car avec les Gilets jaunes, ce sont cette fois des vieux qui veulent tuer le fils. Des retraités censément pleins de sagesse, relayés par des actifs de la France d’en bas, s’en prennent à un jeune Président de culture urbaine, fils spirituel de Mai, imprégné de la bien-pensance libérale et libertaire née à la fin des années soixante.

Ne nous y trompons pas : les Gilets jaunes ne sont pas seulement cette France périphérique que le pouvoir parisien méprise ou plutôt qu’il ignore, cette France des campagnes qui « fume des clopes et roule en diesel » : ils sont les vétérans de Mai 68. Le baby-boom avait engendré mai 68 ; le papy-boom fait renaître le goût des combats de rue, mais un combat de rue défensif, dans lequel une certaine candeur des luttes étudiantes a disparu. Ce n’est plus « sous les pavés la plage » mais bien « sous la plage, les pavés ». Les retraités d’aujourd’hui, pour beaucoup d’entre eux, ne savent plus à quoi ils servent. Ils ont perdu cette légitimité à tisser les liens entre les générations qui donnaient du sens à la vieillesse. Dans un monde mobile et uberisé, un monde finalement imprégné du mirage soixante-huitard, ils sont condamnés au désespoir. Avec les gilets jaunes, il n’y a vraiment pas de quoi rire.

Le sens de notre vie

Brûler des poubelles pour le prix du gazole est certes plus prosaïque que de lancer un cocktail molotov pour libérer la vie. Mais d’une certaine façon c’est bien la même génération qui est à l’œuvre, la génération déracinée née dans les années soixante, grandie dans les années-fric, et qui aura passé sa vie à voir les églises se vider et la France se défaire.

Les étudiants de mai ont autrefois joyeusement tué le père. On les retrouve cinquante ans plus tard en train de saucissonner tristement sur les ronds-points. Une fois qu’ils auront tué le fils, que leur restera-t-il ? Il nous faut d’urgence redire à nos aînés combien nous avons besoin d’eux. Ils sont le sens de notre vie.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]
Les lecteurs comme vous contribuent à la mission de Aleteia

Depuis notre création en 2012, le nombre de lecteurs de Aleteia a augmenté rapidement dans le monde entier. Notre équipe est déterminée à proposer des informations qui enrichissent et inspirent la vie de nos lecteurs avec une dimension catholique. C'est la raison pour laquelle nous voulons que nos articles soient gratuits et librement accessibles à tout le monde, mais pour ce faire, nous avons besoin de votre aide. Un journalisme de qualité a un coût (que la publicité sur Aleteia ne peut couvrir entièrement). C'est pourquoi des lecteurs comme VOUS font une différence majeure en faisant un don d'à peine 3 euros par mois.