Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Les biens de l’Église n’ont pas une « valeur absolue », explique le pape François

POPE FRANCIS
Antoine Mekary | ALETEIA | I.Media
Partager

Les édifices religieux n’ont pas de « valeur absolue » mais doivent servir aux plus pauvres, a affirmé le pape François lors d’une conférence sur la suppression des lieux de culte le 29 novembre.

Sans créer de « scandale » chez les fidèles, l’Église doit enseigner que ses biens n’ont pas de « valeur absolue » mais doivent servir aux plus pauvres, a expliqué le pape François dans un message adressé aux participants à une conférence sur la suppression des lieux de culte le 29 novembre 2018.

Faute de fidèles et de prêtres, ou en raison d’une nouvelle répartition des populations, de nombreux édifices cultuels sont désormais abandonnés, a constaté le souverain pontife. Cette situation doit être accueillie comme un « signe des temps » et non avec « anxiété », a-t-il expliqué. Elle invite l’Église à s’adapter, a-t-il remarqué, et à mener un dialogue au sein de la communauté chrétienne et avec la communauté civile.

L’élimination des lieux de culte ne doit pas être « la première et unique solution à envisager », a souligné le pontife, ni pousser au « scandale des fidèles ». Si jamais elle s’avère nécessaire, a-t-il recommandé, elle doit notamment être accompagnée d’une « information adéquate et partagée autant que possible ».

Cependant, s’il y a un « devoir de protection » et de conservation des biens ecclésiaux, et du patrimoine culturel particulier, ceux-ci n’ont pas de « valeur absolue », a déclaré l’évêque de Rome. « En cas de besoin », ils doivent « servir au plus grand bien de l’être humain et surtout au service des pauvres », a-t-il martelé. L’iconographie sacrée, a illustré le pape François, a souvent interprété cette tradition en montrant saint Laurent en train de vendre les précieux objets du culte et de distribuer le produit aux pauvres.

Ce message a été lu par le cardinal Gianfranco Ravasi, président du Conseil pontifical pour la culture, aux participants à la conférence ‘Dieu ne vit-il plus ici ? Suppression de lieux de culte et gestion intégrée du patrimoine culturel ecclésial’, organisée en collaboration avec l’Université pontificale grégorienne et la Conférence épiscopale italienne. Elle se déroule à Rome les 29 et 30 novembre.

Pour découvrir les églises parisiennes détruites lors de la Révolution française, cliquez sur la première image :

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]
Les lecteurs comme vous contribuent à la mission de Aleteia

Depuis notre création en 2012, le nombre de lecteurs de Aleteia a augmenté rapidement dans le monde entier. Notre équipe est déterminée à proposer des informations qui enrichissent et inspirent la vie de nos lecteurs avec une dimension catholique. C'est la raison pour laquelle nous voulons que nos articles soient gratuits et librement accessibles à tout le monde, mais pour ce faire, nous avons besoin de votre aide. Un journalisme de qualité a un coût (que la publicité sur Aleteia ne peut couvrir entièrement). C'est pourquoi des lecteurs comme VOUS font une différence majeure en faisant un don d'à peine 3 euros par mois.