Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

L’auteur de Cyrano n’aimait pas non plus les médisances

EDMOND ROSTAND
Domaine Public
Partager

À l’occasion du centenaire de la mort d’Edmond Rostand, le 2 décembre, découvrez le quatrain qu’il a composé et fait graver au-dessus de la porte d’entrée de sa villa Arnaga, à Cambo-les-Bains, dans le pays basque.

Déjà dans sa célèbre pièce de théâtre Cyrano de Bergerac, les médisants qui osent s’attaquer au fameux nez du chef des Cadets de Gascogne reçoivent une correction telle que personne n’ose s’y frotter… le nez — mis à part son protégé, Christian de Neuvillette. Cependant, ce mépris affiché pour la calomnie ne reste pas uniquement dans le cadre de la fiction. Edmond Rostand, venu dans le pays basque en 1900 pour soigner une pleurésie, tombe amoureux de la région et décide de s’y faire construire une maison, la villa Arnaga, du nom de la rivière Arraga. De 1903 à 1906, il fait donc construire une superbe demeure sur les plans de l’architecte Joseph-Albert Tournaire, et fait graver sur une plaque, au-dessus de la porte d’entrée :

« Toi qui viens partager notre lumière blonde
Et t’asseoir au festin des horizons changeants,
N’entre qu’avec ton cœur, n’apporte rien du monde
Et ne raconte pas ce que disent les gens. »

EDMOND ROSTAND
Gentil Hibou (CC BY-SA 3.0) from Wikimedia Commons

Si ces vers ont été composés par Edmond Rostand lui-même, il semble qu’il se soit inspiré d’un poème de la Renaissance, qui figure notamment sur la façade du château de Dampierre-sur-Boutonne (Charente-Maritime) :

« Si tu viens partager notre lumière blonde, salut.
Mais si tu veux la partager longtemps,
Ne viens qu’avec ton cœur.
N’apporte rien du monde,
Et ne raconte pas ce que disent les gens. »

D’inspiration Renaissance ou début XXe, qu’importe, ces mots nous invitent à laisser dehors toutes médisances colportées lorsque l’on pénètre dans une maison. Belle idée pour ce temps de l’Avent qui commence !

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]