Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Vincent Lambert : une question d’humanité

REIMS HOSPITAL
FRANCOIS NASCIMBENI I AFP
Partager

Alimenter Vincent Lambert ne relève pas d’une obstination déraisonnable.

Une nouvelle expertise médicale vient d’être réalisée sur la situation de Vincent Lambert par un collège de médecins à la demande du tribunal administratif de Chalons-en-Champagne. Rappelons que Vincent Lambert est dans cette situation de très lourd handicap et de totale dépendance depuis 2008. L’affaire médico-médiatico-judiciaire avait éclaté en 2013, lorsque le médecin de soins palliatifs qui était à l’époque en charge de Vincent Lambert avait décidé une procédure d’arrêt de l’alimentation et de limitation de l’hydratation au nom du refus de l’obstination déraisonnable, avec l’accord de l’épouse du patient mais sans informer ses parents.

Besoins fondamentaux

Cette longue et pénible histoire est émaillée de multiples rebondissements judiciaires depuis cinq ans. Une nouvelle expertise judiciaire avait donc été demandée il y a quelques mois par le tribunal administratif.

Les médecins experts, qui viennent de rendre leur rapport, confirment l’état végétatif chronique irréversible, sans accès possible à la conscience, sans espoir d’amélioration. Pas de surprise. Selon les experts, il n’y a pas d’acharnement thérapeutique, ou pas d’obstination déraisonnable dans le fait de nourrir Vincent. En procédant ainsi, les soignants ne font que répondre de façon ajustée aux besoins fondamentaux de Vincent.

Une question d’humanité

Sur ce point, l’avis de ces experts est en accord avec la déontologie médicale qui recommande d’interrompre les traitements disproportionnés ou inutiles, mais qui recommande que soient toujours maintenus les soins de base : alimentation, hydratation, hygiène, soulagement de la douleur et des symptômes, vêtements, chauffage, respect de la pudeur, protection contre les intempéries, etc.

Il ne s’agit pas tant là de questions médicales que de questions d’humanité. Ces soins de base sont recommandés pour toute personne en situation de fragilité, malade ou non, handicapée ou non…

Enfin, les experts rappellent qu’il existe en France des structures spécialisées adaptées à la prise en charge de personnes souffrant de handicaps comme celui de Vincent (ce que n’est pas à l’évidence le service de soins palliatifs du CHU de Reims où Vincent est maintenu contre l’avis d’une partie de sa famille). Il faut maintenant souhaiter le transfert de Vincent Lambert.

Tribune publiée en partenariat avec RCF Nord de France.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]