Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Juste parmi les nations, sœur Cecylia est décédée

Sister Cecylia Maria Roszak
Piotr Jantos I AFP
Soeur Cecylia Maria Roszak.
Partager

Célèbre pour avoir sauvé plusieurs dizaines de juifs durant la Seconde Guerre mondiale, la sœur polonaise Cecylia Maria Roszak était également connue pour être l’une des religieuses les plus âgées au monde. Elle est décédée le 16 novembre dernier à l’âge de 110 ans.

Elle s’est éteinte dans son couvent de Cracovie, entourée de ses sœurs, le 16 novembre dernier. La dominicaine Cecylia, bien qu’âgée de 110 ans, était une passionnée de la vie. Elle avait déclaré il y a quelques années : « La vie est belle mais bien trop courte ». Elle avait reçu le titre de « Juste parmi les nations », décerné par l’Institut Yad Vashem de Jérusalem, pour avoir sauvé des juifs durant la Seconde Guerre mondiale.

Au service de la résistance

Née en 1908, Cecylia Maria Roszak est entrée au couvent de Na Grodku (Cracovie) en 1929, à l’âge de 21 ans. En 1938, quelques mois avant le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, elle est envoyée dans un couvent à Vilnius en compagnie d’autres sœurs, pour en créer un second. Malheureusement, la guerre éclate et le projet est abandonné. Les neufs sœurs, restées dans la ville de Vilnius — occupée durant deux ans par les soviétiques puis les nazis — constatent avec douleur l’horreur de la guerre. Elles décident alors de s’engager en apportant leur aide aux membres de la résistance. C’est ainsi qu’elles cachent 17 membres de la résistance juive.

Lire aussi : Pierre-Marie Théas, évêque, résistant, « Juste parmi les nations »

Juste parmi les nations

En 1941, les réfugiés juifs quittent le couvent pour retourner dans le ghetto de Vilnius afin de poursuivre leur lutte. La supérieure du couvent, Mère Bertranda, continua à les aider en faisant passer des armes et des fournitures. Deux ans plus tard, celle-ci est arrêtée, le couvent fermé et les religieuses dispersées. Sœur Cecylia, qui souhaite rentrer dans son couvent de Cracovie, trouve porte close. Celui-ci a également été fermé. Ce n’est qu’en 1947 que les dominicaines peuvent afin retourner dans leur couvent de Na Grodku. Sœur Cecylia y demeurera jusqu’à son dernier souffle. En 2009, elle avait été reconnue, comme toutes les religieuses du couvent de Vilnius, Juste parmi les nations. La messe des funérailles a eu lieu en l’église des dominicaines de Cracovie et Cecylia a été ensevelie dans le cimetière historique de Rakowicki.

Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]