Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Une exceptionnelle châsse à l’effigie des Rois mages aux enchères

© Christie’s Images Limited
Partager

Christie's met en vente plusieurs objets liturgiques de grand intérêt à la fin du mois de novembre. Parmi eux une exceptionnelle châsse du Moyen Âge estimé entre 400.000 et 600.000 euros.

Une châsse — aussi appelée « fierte » — est un reliquaire dont la forme rappelle celle des sarcophages antiques, mais aussi des églises. Les châsses étaient commanditées par des hauts membres du clergé ou de la cour pour contenir les reliques d’un saint. Celle que la société de vente d’objets d’art Christie’s met aux enchères est un véritable chef-d’œuvre pour lequel un record mondial est attendu.

Un thème très apprécié au Moyen Âge

« Jésus était né à Bethléem en Judée, au temps du roi Hérode le Grand. Or, voici que des mages venus d’Orient arrivèrent à Jérusalem et demandèrent : “Où est le roi des Juifs qui vient de naître ? Nous avons vu son étoile à l’orient et nous sommes venus nous prosterner devant lui.“ (…) Et voici que l’étoile qu’ils avaient vue à l’orient les précédait, jusqu’à ce qu’elle vienne s’arrêter au-dessus de l’endroit où se trouvait l’enfant. Quand ils virent l’étoile, ils se réjouirent d’une très grande joie. Ils entrèrent dans la maison, ils virent l’enfant avec Marie sa mère ; et, tombant à ses pieds, ils se prosternèrent devant lui. Ils ouvrirent leurs coffrets, et lui offrirent leurs présents : de l’or, de l’encens et de la myrrhe. » (Mt 2, 1-11)

C’est ce passage de l’Évangile que représente ce superbe objet du XIIIe siècle, qui fait partie d’un ensemble de châsses sur le thème de l’Adoration des Rois mages provenant d’un atelier limousin. La production des célèbres émaux de Limoges est alors forte du patronage des souverains Plantagenêt. Les trois princes jouèrent d’ailleurs, eux-mêmes, les Rois mages dans une cérémonie donnée en 1173 pour accueillir le roi de France à la cour d’Aquitaine.

La partie supérieure — ou « toit » — montre les Rois mages chevauchant vers Bethléem, guidés par l’étoile que le premier cavalier montre du doigt.

© Christie’s Images Limited

C’est la face majeure de la châsse qui représente l’Adoration des Rois mages proprement dite : ayant quitté leur cheval, ils s’avancent avec leur présent vers l’Enfant-Jésus dans les bras de la Vierge, à la droite de laquelle se tient saint Joseph. La bande horizontale turquoise sur le fond est l’un des éléments qui permet de relier cet objet aux autres châsses de l’Adoration des mages.

© Christie’s Images Limited

Un objet rituel de haute importance

« Cette châsse a forcément été commissionnée par et pour un personnage d’une grande importance », explique à Aleteia Isabelle d’Amécourt, directrice du département Sculpture et Objets d’Art Européens chez Christie’s. Sur chaque côté de la châsse, qu’on appelle les « pignons », l’on peut voir un saint anonyme, personnage auréolé juché sur une motte et surplombé par un arc plein cintre.

© Christie’s Images Limited

Si nous ne savons pas à quel saint elle était destinée, il est certain qu’elle a été faite pour commémorer des reliques à une époque où le culte des saints connaît un important essor. La face postérieure est décorée de motifs en quadrilobe ; on peut y apercevoir une serrure qui protège l’accès aux reliques.

© Christie’s Images Limited

Ses dimensions sont de 19 cm de long pour 18 cm de profondeur et 8 cm de largeur : « Il s’agit d’un objet pensé pour être portatif ; les gens étaient alors bien plus mobiles qu’aujourd’hui », précise Isabelle d’Amécourt. Ces reliquaires pouvaient en effet être portés en procession à travers les villes, aussi bien à l’occasion de la fête d’un saint qu’en cas de crise majeure.

Une provenance exceptionnelle

Comment a-t-on remis la main sur cette précieuse châsse ? On peut retracer son parcours depuis 1843, fait rarissime pour un tel objet, précise la spécialiste. C’est à cette date qu’elle a été offerte au roi de Prusse Frédéric-Guillaume IV (1795-1861) par le professeur Heindorf de Münster. Celui qu’on surnomme le « Roi romantique » était un véritable passionné d’art et particulièrement féru du Moyen Âge : il a notamment supervisé l’achèvement de la cathédrale de Cologne, où sont d’ailleurs contenues les reliques des Rois mages.

La châsse fit ainsi partie des collections royales de Prusse puis des collections impériales germaniques jusqu’à l’abdication de l’empereur Guillaume II, en 1918. Acquise par le musée berlinois Kunstgewerbemuseum en 1933, elle rejoint une collection familiale privée en 1950 avant de figurer aujourd’hui dans les ventes exceptionnelles de la maison Christie’s. La vente, ouverte au public et gratuite, aura lieu le 27 novembre 2018 à 18h, et comportera d’autres pièces remarquables dont une Figure de sainte par Bernardino Luini, l’un des élèves de Léonard de Vinci.

© Christie’s Images Limited

 

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]
Les lecteurs comme vous contribuent à la mission de Aleteia

Depuis notre création en 2012, le nombre de lecteurs de Aleteia a augmenté rapidement dans le monde entier. Notre équipe est déterminée à proposer des informations qui enrichissent et inspirent la vie de nos lecteurs avec une dimension catholique. C'est la raison pour laquelle nous voulons que nos articles soient gratuits et librement accessibles à tout le monde, mais pour ce faire, nous avons besoin de votre aide. Un journalisme de qualité a un coût (que la publicité sur Aleteia ne peut couvrir entièrement). C'est pourquoi des lecteurs comme VOUS font une différence majeure en faisant un don d'à peine 3 euros par mois.