Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Centrafrique : près de 40 personnes tuées dans une attaque

CENTRAL AFRICA UNREST
SABER JENDOUBI / AFP
Partager

L’évêché d’Alinado, situé dans le sud de la Centrafrique, a été la cible d’une violente attaque causant la mort d’une quarantaine de personnes dont un évêque et un prêtre.

C’est un nouveau drame qui vient endeuiller l’Église et la société centrafricaine. De violents combats opposant des milices antibalaka, autoproclamées d’autodéfense mises en place par des paysans centrafricains, à des combattants très majoritairement musulmans du groupe armé de l’Union pour la paix en Centrafrique (UPC) ont causé la mort d’une quarantaine de personnes dont le vicaire général du diocèse d’Alinado, Mgr Blaise Mada, et un autre prêtre, le Père Célestin Ngoumbango.

Les attaquants ont ciblé la cathédrale d’Alinado ainsi que le camp de réfugiés voisin, a détaillé à l’agence Fides le Père Amos Boubas. « Après avoir saccagé et incendié la cathédrale, les rebelles se sont dirigés vers le camp de réfugiés, où ils ont tué au moins 42 personnes. Parmi les victimes se trouve le Vicaire général du Diocèse d’Alindao, Mgr Blaise Mada, qui a été enterré hier (vendredi ndlr.), ainsi qu’un autre prêtre dont le corps a été retrouvé aujourd’hui (samedi ndlr.), le Père Célestin Ngoumbango, Curé de Mingala », a indiqué le prêtre centrafricain. « Les deux prêtres ont été tués par des coups de feu tirés au cours de l’assaut mené contre l’évêché où ils s’étaient réfugiés en compagnie d’autres personnes ».

« J’ai appris avec tristesse la nouvelle du massacre survenu il y a deux jours dans un camp de déplacés en République centrafricaine, où deux prêtres ont aussi été tués », a déclaré le pape François lors d’une prière à l’occasion ce 17 novembre à l’occasion de la Journée mondiale des pauvres. « Prions pour les morts et les blessés et pour que cesse la violence dans ce pays bien-aimé qui a tant besoin de paix ».

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]