Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Lundi 10 mai |
Saint Pacôme le Grand
home iconCulture
line break icon

L’expression « vieux briscard » provient en réalité d’un bout de tissu

@ Elodie Prato

Brisques sur uniforme de Poilu - Exposition "Revivre en 1918" organisée par la Ville de Montmorency (95).

Mathilde de Robien - Publié le 11/11/18

L'expression "vieux briscard" est passée dans le langage courant à l'issue de la Grande Guerre et des nombreux héros anonymes qu'elle a révélés. Aleteia vous raconte la genèse de cette expression.

« Un vieux briscard ! », cette expression, qui évoque une certaine dose d’expérience conjuguée à une intelligence de situation de la part de celui qui est qualifié ainsi vient en réalité du mot « brisque », un galon cousu sur la manche des soldats. Le mot brisque apparaît pour la première fois dans l’argot des soldats de l’époque napoléonienne. Il désigne le chevron, galon en forme de V renversé, cousu sur la manche de l’uniforme des soldats qui se réengageaient, appelés les briscards de la garde impériale.

L’expression est ensuite réutilisée pour désigner les Poilus à qui l’Armée française attribuait des brisques selon le temps passé sur la ligne de front. Sur la manche gauche, le premier chevron correspondait à une année passée au front. Les chevrons suivants correspondaient chacun à six mois de plus. Quant aux chevrons cousus sur la manche droite, ils indiquaient le nombre de blessures de guerre. Les brisques prouvaient donc l’expérience du feu d’un soldat. Plus il y avait de brisques, plus le soldat était expérimenté, il était alors un vieux briscard.


WAR MEMORIAL

Lire aussi :
Paul Landowski, l’homme qui a « ressuscité » les poilus

On retrouve l’expression chez Henri Barbusse dans son récit racontant sa vie dans les tranchées intitulé Le Feu, lauréat du prix Goncourt de l’année 1916 : « Tous ceux qui chez nous ne montent pas aux tranchées, ou ceux qui ne vont jamais en première ligne ou même ceux qui n’y vont que de temps en temps, c’est, si tu veux, des embusqués et tu verrais combien y en a, si on ne donnait des brisques qu’aux vrais combattants. »

Ou encore dans Les Rustiques, nouvelles villageoises de Louis Pergaud en 1921 : « Il vit à l’horizon se dresser la haute silhouette de son ennemi qui revenait sans doute de visiter son collègue, le garde-forestier de la Joux, un vieux briscard comme lui avec qui il aimait à rappeler le passé et à choquer le verre. » (Une revanche). Par extension, un « vieux briscard » est un homme chevronné, qui témoigne d’une longue expérience dans un domaine, qui connait toutes les ficelles.


COUPLE DATING

Lire aussi :
Ces expressions qui ont une origine biblique : « La chair est faible »

Tags:
expressions
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
Steuben_-_Mort_de_Napoleon.jpg
Agnès Pinard Legry
Napoléon s’est-il réconcilié avec Dieu avant de mourir ?
2
TEENAGERS, LOVE, PARK
Edifa
Comment distinguer le flirt de l’amour vrai ?
3
WEB2-ALEXEI NAVALNY-RUSSIA-shutterstock_1662094504.jpg
Agnès Pinard Legry
Russie : le message inattendu d’Alexeï Navalny pour Pâques
4
Mathilde de Robien
Ces cadeaux de confirmation auxquels vous n’aviez pas pensé
5
MADAME ELISABETH
Mathilde de Robien
Que faut-il encore pour qu’Elisabeth de France soit déclarée bien...
6
WEB2-INDIA-FUNERAL-COVID-AFP-075_makhija-notitle210430_npA5k.jpg
Agnès Pinard Legry
Inde : les « anges de la miséricorde », un rempart de dignité fac...
7
Agnès Pinard Legry
Peter Nha, 23 ans, a donné sa vie pour sauver trois de ses amis
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement