Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

La mémoire permet de « s′ancrer » dans une histoire

POPE FRANCIS
Antoine Mekary | ALETEIA
Partager

En permettant de "s′ancrer" dans une histoire et dans un peuple, la mémoire "rend fort" et fait prendre conscience de ne pas être isolé, a déclaré le pape François lors de la célébration de la messe des fidèles défunts au cimetière romain de Laurentino le 2 novembre 2018.

Avant la messe, le successeur de Pierre s′est rendu dans une partie de ce cimetière appelée le ′jardin des anges′ réservée aux enfants qui ne sont jamais nés. A plusieurs reprises, il s’est recueilli devant des tombes ornées de jouets et de couleurs vives. La messe a ensuite été célébrée en plein air devant la chapelle de ce troisième plus grand cimetière de la capitale italienne, en présence du cardinal Angelo De Donatis, vicaire du pape François pour la ville de Rome.

Dans son homélie centrée sur le Sermon de la montagne et les Béatitudes, le pape François a rappelé l′importance de faire mémoire. ″La liturgie d′aujourd′hui est réaliste et concrète″, a indiqué le pontife, car elle comprend les trois dimensions de la vie : le passé et la mémoire, le futur et l′espérance et enfin le présent et les Béatitudes.

Le 2 novembre, a souligné l′évêque de Rome, l′Eglise fait mémoire de ceux qui ″nous ont accompagnés″ et précédés dans la vie. C′est un jour qui permet ainsi de revenir aux ″racines″ de la famille et du peuple. En permettant de « s′ancrer » dans un chemin, dans une histoire et dans un peuple, la mémoire ″rend fort″, a ajouté le pontife. Elle fait comprendre ″que nous ne sommes pas seuls″, a-t-il expliqué. ″Que le Seigneur nous donne la grâce de ne jamais perdre la mémoire″, a-t-il demandé, et de savoir espérer en regardant toujours l’horizon.

POPE FRANCIS
Antoine Mekary | ALETEIA

Le 2 novembre est également un jour ″d′espérance″, a expliqué le Souverain pontife. L′espérance de se rencontrer et d′arriver là où ″l′amour du Père″ attend les fidèles. Pour aider à ne pas ″se tromper″ de voie, le Seigneur a enseigné les Béatitudes. Elles sont les ″lumières″ qui aident à parcourir cette route. Voilà ″notre présent″, a estimé le chef de l′Eglise catholique.

Après la célébration eucharistique, sous un ciel pluvieux et un vent violent, le pape François a procédé à la bénédiction des tombes. Il est ensuite rentré au Vatican où il devrait passer par les grottes vaticanes, sous la basilique Saint-Pierre, pour un temps de recueillement sur les tombes de ses prédécesseurs, notamment sur celle de saint Paul VI (1963-1978), canonisé le 14 octobre dernier.

POPE FRANCIS
Antoine Mekary | ALETEIA
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]