Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!
Aleteia

Pédophilie : une commission d’enquête indépendante à l’étude

CEF
Bruno LEVY I CIRIC
Partager

Le premier jour de l’Assemblée plénière des évêques de France, qui se déroulera à Lourdes du 3 au 8 novembre, s’ouvrira sur la question de la lutte contre la pédophilie dans l’Église, et notamment d’une éventuelle constitution d’une commission d’enquête indépendante.

Samedi 3 novembre débutera à Lourdes la 80e Assemblée plénière des évêques de France. Cette première journée sera consacrée à la lutte contre la pédophilie au sein de l’Église. Pour nourrir cette réflexion, et afin de sensibiliser l’ensemble de l’épiscopat, huit victimes d’abus sexuels ont été invitées dans la cité mariale. L’objectif, explique Mgr Olivier Ribadeau-Dumas, secrétaire général de l’épiscopat, est « d’initier un processus pour un travail commun pour la prévention et la prise en compte de la souffrance », à travers des ateliers qui porteront sur divers sujets d’étude : l’atteinte spirituelle et les voies possibles de restauration et de réparation, l’accompagnement des personnes et de leur entourage, la place et le recours aux droits, les cas très anciens et l’assainissement du passé.

Une « commission indépendante » à l’étude

Le porte-parole de la Conférence des évêques de France, Mgr Olivier Ribadeau-Dumas, a annoncé que l’épiscopat allait également « discuter » de l’idée de créer une « commission indépendante » sur la pédophilie dans l’Église.

Le principe de cette instance indépendante, dont le but serait de lever le voile sur les abus sexuels commis par des prêtres, avait été avancé début octobre par le président de la Conférence des Évêques de France (CEF), Mgr Georges Pontier, au moment où plusieurs personnalités avaient réclamé la création d’une commission d’enquête parlementaire, demande refusée par le Sénat il y a deux semaines.

Pour la CEF, cette instance doit être indépendante, externe, et l’épiscopat demandera, pour la diriger, « une personnalité dont la crédibilité au sein de la société française est telle que son indépendance et son impartialité ne puissent pas être remise en cause ». Selon Mgr Olivier Ribadeau-Dumas, la commission devrait être composée d’historiens, de magistrats, de spécialistes de l’enfance, de sociologues de l’institution, et d’un canoniste.