Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mercredi 02 décembre |
Sainte Bibiane
home iconPerles du Web
line break icon

Le fondateur de Smartbox rêve de « devenir saint »

Pierre-Edouard Stérin; nuit du bien commun,

YouTube I Viuz

Pierre-Édouard Stérin.

Agnès Pinard Legry - Publié le 25/10/18

Pierre-Édouard Stérin est le serial entrepreneur qui se cache derrière les succès de Smartbox et La Fourchette. À la tête du fond d’investissement Otium Capital, il a récemment confié que son ambition était de « devenir saint ».

Si son nom ne vous dit rien, les entreprises qu’il a fondées ou développées vont certainement vous évoquer quelque chose. Que ce soit Smartbox ou La Fourchette, le même homme se cache derrière : Pierre-Édouard Stérin. Alors que le dernier classement AngelSquare-Challenges l’a classé premier business angel français — il est à la tête du fond d’investissement Otium Capital — devant Xavier Niel, ce serial entrepreneur a confié que son rêve n’était autre que… de « devenir saint ».


HERVE BAULME

Lire aussi :
« L’entreprise doit développer les talents de ses salariés »

« Ma seule ambition dans la vie est de devenir saint », a-t-il confié dans un entretien au magazine Entreprendre. « Cela paraît bizarre à certains. Mais chaque matin, il est fondamental pour moi de me dire que mon ambition dans la vie est de faire en sorte que ce très court passage sur Terre puisse me permettre d’optimiser mes chances une fois là-haut de basculer du bon côté ». « Le chemin de sainteté est complexe, j’en suis encore loin, mais c’est un driver au quotidien », résume ainsi Pierre-Édouard Stérin.

Il reconnaît volontiers faire cohabiter assez facilement son côté entrepreneur et sa foi. « Mon passage sur Terre doit permettre d’aider au bien commun », explique-t-il. C’est dans cette optique de faire rimer ses paroles avec ses actes que Pierre-Édouard Stérin a co-fondé la Nuit du Bien Commun, dont la deuxième édition aura lieu ce 12 novembre au théâtre Mogador, à Paris : « Chacun à son niveau doit apporter sa pierre. Les personnels hospitaliers qui aident les malades, les mères de famille ou les entrepreneurs cherchent tous à aider la société à leur niveau », souligne-t-il.


FEMME MARCHANT

Lire aussi :
« Dieu ne nous demande pas d’être brillants mais de le laisser convertir les cœurs »

Tags:
Economieentrepreneursainteté
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
La rédaction d'Aleteia
Le Conseil d'État somme le gouvernement de ré...
Aliénor Goudet
La demande très spéciale que la Vierge Marie ...
Mathilde de Robien
C’est aujourd’hui que débute la neuvaine nati...
CATHEDRALE NOTRE DAME DE PARIS
Caroline Becker
Découvrez l'intérieur de Notre-Dame de Paris,...
Mgr Marc Aillet
Reprise des messes : César n’est pas Dieu
Soizic et Marin de Vasselot
Claire de Campeau
Le Fournil Bethléem : la reconversion d'un co...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement