Aleteia logoAleteia logoAleteia
Samedi 02 juillet |
Bienheureuse Eugénie Joubert
Aleteia logo
Actualités
separateurCreated with Sketch.

Violences au lycée : comprendre le phénomène «#PasDeVague»

pasdevagues

PIXABAY

Agnès Pinard Legry - publié le 24/10/18 - mis à jour le 10/05/22

La publication en fin de semaine dernière d’une vidéo montrant une enseignante de Créteil braquée par un élève dans sa salle de classe a provoqué une vague de réactions du corps enseignant sur les réseaux sociaux avec le hashtag "PasDeVague".

Origine et ampleur du phénomène

Une vidéo relayée par les médias ce 20 octobre est à l’origine du phénomène. Elle montre une enseignante du lycée Édouard-Branly de Créteil se faire braquer par un élève de 16 ans avec une arme factice (un pistolet à billes) dans sa salle de classe. Le jeune homme, brandissant le pistolet près du visage de l’enseignante de biotechnologie, lui demande de l’inscrire ‘présent’ au cours. Sur la vidéo relayée sur les réseaux sociaux, l’enseignante apparaît plus lasse que paniquée. Mais elle était en réalité « surprise et très choquée », a expliqué lundi son avocate, Me Hajer Nemri. Elle ne savait pas que l’arme était factice et a essayé de « réagir le plus intelligemment possible ». L’élève a depuis été mis en examen pour ‘violences aggravées’ et remis en liberté avec des mesures de contraintes provisoires. En réaction, depuis dimanche, des milliers de professeurs ont réagi sur Twitter en partageant leur expérience sous le hashtag #PasDeVague. Anonymes ou peu médiatisés, ces derniers font ainsi part des cas de violence qu’ils auraient vécu dans leur vie professionnelle en soulignant l’absence ou le peu de soutien qu’ils auraient eu de la part de leur hiérarchie. Certains comparent même ce hashtag #PasDeVague à un #metoo du monde enseignant.

Tags:
Éducationviolence
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
FR_2_NEW.gif
Le coin prière
La fête du jour





Confiez vos intentions de prière à notre communauté de plus de 550 monastères


Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement