Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

La secrétaire d’État Sophie Cluzel se confie sur le handicap de sa fille

SOPHIE CLUZEL DAUGHTER
Partager

Sophie Cluzel, secrétaire d’État chargée du handicap, est mère d’une enfant handicapée. Elle se confie dans un entretien.

Secrétaire d’État chargée des personnes handicapées depuis le début du quinquennat d’Emmanuel Macron, Sophie Cluzel connait intimement son sujet. En effet, cette ancienne militante associative a elle-même une fille trisomique de 22 ans. Dans un entretien accordé au magazine Elle, publié lundi 22 octobre 2018, elle raconte leur histoire. Une belle leçon d’humanité. La future ministre était déjà mère de trois enfants quand l’arrivée d’un bébé avec un handicap est venue bouleverser la vie familiale. La femme d’affaires, après avoir échangé avec son mari, décide de démissionner pour pouvoir s’occuper de l’éducation de leurs enfants. « Ma fille fait partie de ma vie », affirme-t-elle. « Pour nous, […] l’arrivée de Julia a été bénéfique, aussi bien dans mon couple qu’avec les enfants. Julia a conquis les cœurs avec son premier sourire ».

Lire aussi : Au café Joyeux, on travaille avec son cœur

« L’arrivée de Julia a été bénéfique »

Grâce à ses frères et sœurs, « très proches en âge et qui s’occupent beaucoup d’elle », elle a été très stimulée. « C’est notre chance », reconnaît sa mère. Ayant déjà à cœur l’inclusion des personnes avec un handicap, elle a veillé à ce que sa fille ait une éducation en milieu ordinaire. Selon elle, « c’est le passeport pour être accepté dans la vie quotidienne ». Aujourd’hui, Julia travaille dans un café qui emploie plusieurs serveurs handicapés. Et même si elle a « des moments de blues, comme tout le monde », elle est, aux dires de sa mère, « bien dans sa peau », tout en ayant « une bonne image d’elle » et en « en étant consciente de ses difficultés ».

Lire aussi : Des personnes porteuses de trisomie à l’honneur sur Times Square

Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]