Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Méditation de pleine conscience et oraison avec Dieu, quelle différence ?

WOMAN MEDITATING
By sun ok | Shutterstock
Partager

On peut se demander pourquoi il y a une si grande attirance de nos contemporains pour la méditation de type orientale, comme la méditation de pleine conscience, et une telle méconnaissance de l’oraison chrétienne, appelée aussi prière contemplative. Contrairement à certaines techniques orientales et psychologiques de méditation, il ne s’agit pas de se dissoudre dans un tout impersonnel, mais de chercher la rencontre du Dieu vivant dans une relation interpersonnelle d’amour qui nous ramène vers les autres.

À l’heure des réseaux sociaux et des chaînes d’information continue, des portables et des tablettes, la méditation de pleine conscience, mindfulnessen anglais, est très populaire. Elle désigne un état d’éveil où la personne est attentive à son expérience sensorielle, cognitive, émotionnelle, ainsi qu’à tout ce qui l’entoure. Inspirée du bouddhisme, cette pratique se vit dans l’attention au moment présent et demande un arrêt pour mieux voir, une paix pour mieux accueillir, un lâcher-prise pour mieux s’abandonner.

La pratique de pleine conscience, popularisée par le professeur Jon Kabat-Zinn, se veut dépourvue de toute référence religieuse et peut s’intégrer à une thérapie de réduction du stress. Certains préfèrent l’expression plus neutre de « présence attentive ». L’individu porte son attention au moment présent, à ce qui se passe en lui et autour de lui, ici et maintenant, sans porter de jugements. Il n’y a pas de mots à répéter, de visualisation à faire, mais seulement prêter son attention à la respiration, à la vie qui bat en soi, aux pensées qui vont et viennent et que l’on regarde passer en les acceptant telles qu’elles sont.

Différences entre méditation et oraison

Cette pratique se rapproche de l’oraison contemplative, Dieu et la foi en moins. On y retrouve la position assise, le silence, l’apaisement des pensées. Dans l’oraison, les pensées aussi nous traversent l’esprit, mais nous revenons à l’instant présent par un acte de foi en la présence de Dieu en soi. On peut répéter un mot-prière qui aide l’esprit à se concentrer, comme le mot « Jésus », ou une formule plus longue récitée durant la journée. Dans un souci de laïciser la pratique de pleine conscience, on a laissé tomber le mot sacré, appelé aussi mantra, rompant ainsi avec une tradition millénaire.

La prière chrétienne s’adresse à un Dieu Père, Fils et Esprit qui nous aime personnellement et auquel nous croyons. Elle se structure autour de la foi, l’espérance et la charité. La méditation de pleine conscience se concentre sur la respiration, le moment présent, le calme intérieur. En méditant, on lâche prise pour accepter ce qui vient ; en priant, on s’abandonne à Celui qui vient.

Lire la suite sur le blogue de Jacques Gauthier.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]
Pour que la lumière continue à briller dans l'obscurité

Depuis notre création en 2012, le nombre de lecteurs de Aleteia a augmenté rapidement dans le monde entier. Notre équipe est déterminée à fournir des articles qui enrichissent, inspirent et informent votre vie catholique. C'est la raison pour laquelle nous voulons que nos articles soient librement accessibles à tout le monde, mais pour ce faire, nous avons besoin de votre aide. Un journalisme de qualité a un coût (que la publicité sur Aleteia ne peut couvrir entièrement). C'est pourquoi des lecteurs comme VOUS font une différence majeure en faisant un don d'à peine 3 euros par mois.