Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Abonnez-vous à notre newsletter

Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Aleteia

Il installe un distributeur automatique de chapelets dans son église

GESU REDENTORE
Google Street View
Partager

À Riccione (Italie), un curé a pris une initiative singulière. Il a installé dans son église un distributeur automatique d'objets pieux.

Vous êtes soudainement pris d’une furieuse envie de réciter trois dizaines de Je vous salue Marie mais vous n’avez pas de chapelet sous la main ? Don Franco Mastrolonardo, curé de l’église Jesus Redentor, à Riccione (Italie), a trouvé la solution. Ce prêtre ingénieux a transformé une machine à snacks en distributeur automatique de chapelets, médailles et images pieuses, et l’a installé dans son église. Une manière de mettre ces objets constamment à la disposition de ses fidèles, indépendamment de la présence du sacristain.

L’initiative a fait florès

Pour quelques euros (les prix vont de 2 à 5 euros), à défaut d’une barre chocolat noisettes ou d’un soda bien sucré, le consommateur averti trouvera là de quoi se sanctifier. Interrogé par le Corriere Romagna, le curé a expliqué que cette initiative était tout particulièrement destinée aux mois d’été. La machine semble avoir emporté l’affection des paroissiens puisque les objets se sont vendus comme des petits pains.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]