Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Abonnez-vous à notre newsletter

Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Aleteia

1978 : l’année des trois papes

POPES
Aleteia
Partager

Entre la grandeur de Paul VI, le passage éclair mais inoubliable de Jean Paul Ier et la bouffée d’air frais apportée par Jean Paul II, l’année 1978 reste une année charnière dans l’histoire de l’Église.

L’histoire de la papauté a connu une quinzaine « d’Années des trois pape » dans son histoire. La dernière en date, 1978, a été marquée par la disparition successive de Paul VI — le 6 août — et Jean Paul Ier — le 26 août — qui ont ouvert la voie à l’élection de Jean Paul II, le 16 octobre 1978. Une période évoquée en avril dernier par le cardinal secrétaire d’État du Saint-Siège, Pietro Parolin, à l’occasion d’un cycle de rencontres consacrées à la transmission de père en fils. Après la grandeur de Paul VI et la météorite inoubliable que fut Jean Paul Ier, il décrit le vent de fraicheur qu’a apporté l’élection du premier pape non italien après 455 ans.

La grandeur de Paul VI

Wikimedia

L’année 1978 fut une année difficile pour l’Italie et pour l’Église. Les turbulences postconciliaires, l’assassinat du président de la Démocratie chrétienne, Aldo Moro, la loi sur l’avortement et la grande manifestation des jeunes de 1968… Beaucoup d’épisodes sont venus troubler le pontificat de Paul VI. Mais la grandeur du souverain pontife, selon le cardinal Parolin, n’a été que plus manifeste. Il suffit de penser à « son travail et sa souffrance pour garder l’Église unie, et réaffirmer la vérité de foi que certains voulaient remettre en question » ; à « son refus de céder à la demande de ceux qui souhaitaient une condamnation définitive et des mesures inquisitoires ».

Jean Paul Ier, une météorite inoubliable

Jean Paul Ier, lui, est passé comme une météorite. « Le pape du sourire » ou « le sourire de Dieu » comme on l’appelait déjà. Un pape qui s’exprime pour la première fois à la première personne, refuse de coiffer la tiare le jour de son intronisation, parle de lui-même et confie en public la timidité de son caractère. Ce Pape « souriant et humble », estime le cardinal Parolin, est passé comme « une météorite inoubliable ».

JOHN PAUL I
Domaine Public

Le vent de fraîcheur de Jean Paul II

Chute du mur de Berlin, implosion du géant communiste, guerre ethnique et fratricide au cœur même de l’Europe jusqu’à l’explosion du fanatisme religieux, le 11 septembre. Les années de pontificat de Karol Wojtyla non plus n’ont pas été faciles. Elles ont marqué une période de changement historique pour l’Eglise. « Avec sa foi, une foi bien ancrée, incontrôlable, Jean Paul II a apporté un vent de fraicheur dans l’Église, ne cessant de rappeler que l’Europe a besoin de ses deux poumons de l’Est et de l’Ouest pour respirer ».

JOHN PAUL II
Mondarte I CC BY-SA 3.0

Trois papes, un seul et même héritage

Mais ces trois papes, indépendamment de la spécificité de leurs pontificats, laissent un seul même grand héritage, comme trois pères à leurs fils. « Tous trois nous ont appris à aimer Dieu et à aimer nos frères, des hommes et des femmes, comme nous, en quête de sens et d’une réponse », souligne le cardinal Parolin. Tous trois « ont témoigné de ce regard, de ce sentiment, et de cette conscience d’être toujours en marche, d’avoir besoin de rencontrer le Seigneur encore et encore sur notre chemin ».

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]