Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Saint Théophane l’hymnographe, il composait aussi pour Marie

WNIEBOWZIĘCIE NAJŚWIĘTSZEJ MARYI PANNY W SZTUCE
Charles Le Brun.
[Musée Thomas-Henry, Cherbourg-Octeville]
Partager

Saint Théophane l’hymnographe, fêté ce 11 octobre, a composé une quantité considérable de canons poétiques, encore en usage aujourd’hui, dont une hymne à la Vierge Marie célébrant son Assomption.

Jeune frère de saint Théodore, Théophane appartenait au monastère de Saint-Sabas en Palestine. Moine et confesseurs de la foi orthodoxe, il eut à souffrir avec son frère des persécutions de l’empereur Léon l’Arménien et de l’invasion arabe. Comme lui, le front marqué au fer rouge indiquant la cause de leur condamnation — d’où son leur surnom « Graptoi » (marqués) — il subit l’exil à Apamée en Bithynie, mais où ils feront l’admiration de tous par leur orthodoxie, leur ascèse et la perfection de leur charité. À la mort de son frère, épuisé par les mauvais traitements subis, Théophane est exilé à Thessalonique d’où il reviendra et sera nommé évêque de Nicée en 842.

Un bel héritage

Théophane passa en paix les dernières années de sa vie, composant une quantité considérable d’hymnes sacrées. Beaucoup d’entre eux sont encore chantés de nos jours pour les fêtes du Seigneur. Le saint évêque figure parmi les principaux poètes religieux du IXe siècle byzantin. 181 de ses poèmes liturgiques font la fierté de l’Église. Comme cette magnifique hymne sacrée à l’Assomption de Marie, qui est appelée Dormition dans la tradition orientale, où saint Théophane célèbre très clairement l’entrée directe de la Vierge Marie, Mère de Dieu, dans la gloire de Dieu, invitant les fidèles à participer à ce qui n’était encore qu’une fête (largement répandue) avant d’être un dogme, déjà célébrée le 15 août :

« Votre tombeau, O Immaculée proclame votre sépulcre et votre migration aux cieux avec votre corps. Venez, fidèles pieux à cette fête ; venez, organisons un chœur ; venez enguirlandons l’église de nos cantiques à l’occasion du repos de Celle qui est l’Arche de Dieu. C’est aujourd’hui, en effet, que le ciel déploie son sein pour recevoir celle qui a donné le jour à Celui que l’univers ne peut contenir. Et la terre, restituant la Source de la vie, se revêt de bénédiction et de magnificence. Les anges s’assemblent en chœur avec les apôtres et regardent avec un saint tremblement passer de la vie à la vie Celle qui a enfanter l’Auteur de la vie. Prosternons-nous en prière devant elle. N’oubliez pas, o notre Souveraine, l’étroite parenté qui vous lie à ceux qui célèbrent votre toute sainte dormition ».

Découvrez les plus belles œuvres sur l’Assomption en cliquant sur le diaporama :

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]