Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Synode : les discussions se déroulent désormais en petits groupes

POPE FRANCIS MEETING YOUTH
Antoine Mekary | ALETEIA
Partager

Après des premières sessions en congrégation générale, les Pères synodaux se sont retrouvés le 6 octobre 2018 en circoli minori – petits groupes – a indiqué le Saint-Siège. Ils discuteront jusqu'au 8 octobre au soir sur la première partie de l'Instrumentum laboris du synode sur 'les jeunes, la foi et le discernement vocationnel'.

Selon un liste communiquée par le Saint-Siège, 66 Pères synodaux sont intervenus au cours des assemblées plénières des 4 et 5 octobre. Parmi eux, se trouvent deux Français, Mgr Emmanuel Gobilliard, auxiliaire de Lyon, et Mgr David Macaire, archevêque de Fort-de-France. Sont notamment également intervenus le cardinal Antonio Tagle, archevêque de Manille (Philippines), Mgr Anthony Fisher, archevêque de Syndey (Australie), ou encore Charles Chaput, archevêque de Philadelphie (Etats-Unis). Neuf auditeurs et l’invité spécial, Frère Alois de la Communauté de Taizé, ont aussi pris la parole.

De plus, 24 Pères synodaux sont intervenus lors des discussions libres. A commencer par le pape François. Le Père Bruno Cadoré, grand maître de l’Ordre des dominicains également, de même que le cardinal Oscar Maradiaga, archevêque de Tegucigalpa (Honduras) et coordinateur du C9, ou encore Mgr Ignace Joseph III Younan, patriarche de l’Eglise catholique syriaque.

A partir de ce 6 octobre, et jusqu’à la la fin des sessions du 8 octobre, les Pères synodaux travaillent en petits groupes pour étudier la première partie de l’Instrumentum laboris, intitulée : ‘Reconnaître : l’Eglise à l’écoute de la réalité’. Au sein des circoli minori les Pères synodaux pourront voter des modi – amendements – à chacun des 72 paragraphes de cette première partie. Puis, ils voteront un rapport qui sera transmis au Secrétariat du Synode. Les auditeurs sont intégrés au sein des petits groupes, mais n’y disposent pas du droit de vote.

Un rôle privilégié pour les prélats les plus connus

Avant d’étudier point par point le document de travail, chacun des 14 circoli minori a élu un modérateur et un rapporteur qui joueront donc un rôle particulier durant les échanges. Dans l’ensemble, les Pères synodaux ont porté leur choix sur certains des plus connus d’entre eux. Ainsi, à l’exception de trois des quatre groupes francophones et du groupe germanophone, le modérateur est toujours un cardinal, parmi les plus importants : le cardinal Daniel DiNardo, président de la Conférence épiscopale américaine, le cardinal Maradiaga, ou encore le cardinal Fernando Filoni, préfet de la Congrégation pour l’évangélisation des peuples.

Cette stratégie se retrouve également, mais dans une moindre mesure, pour l’élection des rapporteurs. Le Père Cadoré a ainsi été élu rapporteur d’un groupe francophone. Mgr Vincenzo Paglia, président de l’Académie pontificale pour la vie, assume cette fonction pour un groupe italophone, de même que le cardinal José Luis Lacunza Maestrojuán, évêque de David (Panama), pour un des deux groupes hispanophones.

Tags:
synode
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]