Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Vendredi 27 novembre |
Saint Innocent d'Irkoutsk
home iconAu quotidien
line break icon

Éducation : la place fragile des AVS

TEACHER STUDENT

Stockfour I Shutterstock

Domitille Farret d'Astiès - Publié le 08/10/18

La rentrée scolaire a mis en lumière la délicate question des accompagnants scolaires. Si leur statut est précaire, leur rôle est pourtant indispensable.

À 45 ans, Isabelle exerce le métier d’auxiliaire de vie scolaire (AVS) depuis 5 ans dans un établissement de Courbevoie (Hauts-de-Seine). Infirmière de formation, cette mère de famille a été victime d’un accident qui l’a contrainte à arrêter son travail. Puis, après une grossesse, elle a souhaité pouvoir prendre du temps pour s’occuper de sa fille. « J’étais déjà dans l’aide à la personne, il y a donc une continuité », explique-t-elle à Aleteia. Un métier qui lui correspond bien et qui lui permet de concilier vie de famille et activité professionnelle. Son rôle ? Accompagner deux enfants en situation de handicap et les aider à vivre leur scolarité de la meilleure manière possible.

« Il faut s’apprivoiser »

Isabelle travaille 20 heures par semaine et partage son temps entre ses deux élèves, qui viennent de classes différentes. « Antoine, 11 ans, est autiste. Je suis à côté de lui, je le stimule et je le pousse à être plus autonome. Je cherche des astuces pour qu’il ne soit pas envahi par le stress. Par exemple, lorsqu’il est évalué, je découpe le polycopié et je lui distribue les questions au fur et à mesure pour qu’il ne perde pas ses moyens ». Leur relation est bonne et ils se sont rapidement apprivoisés. Cependant, ce métier n’a rien d’idyllique : des contrats courts, un emploi payé au SMIC, un temps de travail parfois très fragmenté selon les emplois du temps des élèves, et pour beaucoup, un manque de reconnaissance de la part du corps enseignant.


SCHOOL

Lire aussi :
École : ce qui change à la rentrée

« Il manque énormément d’AVS »

« Il manque énormément d’AVS », déplore Isabelle. Et même si cela tend à s’améliorer, le compte n’y est pas encore. En effet, l’école dite « inclusive » nécessite des moyens supplémentaires pour accompagner les élèves avec un handicap. De plus, grâce à la progression dans le diagnostic, on détecte mieux les enfants autistes à présent — ils sont plus de 100.000 en France. On compte aujourd’hui quelque 340.000 enfants handicapés scolarisés en France, un chiffre qui a triplé en une décennie. Parmi eux, plus de la moitié a besoin d’une AVS. Et même si le nombre d’accompagnants scolaires augmente, le compte n’y est pas, puisque leur nombre avoisine seulement les 72.000.

© klimkin

Des défauts de formation

Outre les effectifs trop faibles, la formation des AVS est problématique de l’avis des professionnels : « On apprend beaucoup sur le terrain. En revanche, je n’ai eu aucune formation », continue Isabelle. « Je m’occupe d’un enfant autiste et d’un autre hyperactif. Je rencontre des situations qui ne sont pas simples et je ne sais pas toujours comment réagir ».

Si, parmi les AVS, certains sont intéressés par les métiers de l’éducation, d’autres font ce choix par défaut et, n’ayant pas d’appétence particulière pour leur mission, n’y sont pas à leur place. « Si nous étions formés, nous serions plus à même de répondre aux besoins et nous ferions beaucoup mieux notre travail. Parfois, je ne sais pas du tout comment faire. Certains professeurs dialoguent beaucoup avec moi. Nous travaillons ensemble et c’est un vrai travail d’équipe. Mais d’autres ont l’impression d’être inspectés et restent méfiants ». Elle pointe un manque d’information : certains professeurs découvrent la présence d’une AVS dans leur classe… le jour de la rentrée ! Et du côté des familles, l’insatisfaction règne. À la rentrée 2018, faute d’AVS, plus de 750 enfants handicapés n’ont pas pu effectuer leur rentrée dans de bonnes conditions.


Florette rentre à l'école

Lire aussi :
Elle devient « auteur-jeunesse » grâce à sa fille porteuse de trisomie 21

Tags:
ecoleEnfantshandicapRentrée scolaire
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Timothée Dhellemmes
"Ridicule", "pathétique", "humiliante"... la ...
Timothée Dhellemmes
Les messes publiques reprendront samedi... ma...
Timothée Dhellemmes
Les évêques fustigent une décision "irréalist...
Agnès Pinard Legry
Vent debout contre la jauge de 30 person...
La rédaction d'Aleteia
Voici la prière des JMJ de Lisbonne 2023
WEB2-EVACUATION-CAMP-MIGRANT-AFP-080_HL_NCOISSAC_1277288.jpg
Mgr Benoist de Sinety
Si toutes les vies se valent…
Pelerinage Lourdes famille Dupuy
Timothée Dhellemmes
Anne et Guillaume ont confié leur fille Jeann...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement