Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Abonnez-vous à notre newsletter

Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Aleteia

L’ortie, reine des plantes médicinales

NETTLE INFUSION
Partager

On redoute ses piqûres et on la chasse de nos jardins. Pourtant l’ortie est une précieuse alliée de notre santé, surtout à l'approche de l'hiver.

Très riche en minéraux (calcium, chlore, magnésium, manganèse, zinc), l’ortie l’est aussi en vitamine C, en provitamine A, en fer et en silice… C’est bien simple, l’ortie peut être considérée comme la reine des plantes médicinales. Pour Sainte Hildegarde, religieuse allemande du XIIe siècle célèbre pour ses ouvrages de médecine et de botanique, l’ortie est « bonne à manger une fois cuite, parce qu’elle purifie l’estomac ». Sa richesse en fer fait d’elle la plante idéale pour lutter naturellement contre l’anémie.

Un coup de fouet pour le corps

Riche également en oligo-éléments, l’ortie est parfaite pour donner un coup de fouet à l’organisme en cas de petite baisse de régime. L’ortie est une excellente alliée pour affronter le froid, les microbes et la fatigue. Reminéralisante, elle renforce et booste ainsi l’organisme. Ces vertus se trouvent surtout dans les feuilles fraîches, c’est pour cela qu’il est préférable de la consommer en soupe plutôt qu’en infusion.

Une véritable cure de détox

Source d’antioxydants grâce à ses propriétés diurétiques, elle peut être utilisée dans une cure pour éliminer les toxines. Sainte Hildegarde conseille d’ajouter des orties en poudre à d’autres aliments – à condition de les cuire toujours en même temps que les aliments. En cuisine, de nombreuses recettes existent car l’ortie est un vrai régal. Proche du goût des épinards, on peut l’associer à des soupes, comme la fameuse soupe aux orties, à des veloutés et des purées, mais aussi à des quiches ou des tartes salées.

Un bon shot de vitamine C

L’ortie est gorgée de vitamine C. Mais pour que cette dernière survive à la cuisson, certaines règles doivent être respectées. D’abord, les feuilles doivent être cuites à feu doux, cela prendra plus de temps mais les bienfaits de la plante seront préservés. L’eau de cuisson peut être récupérée et consommée, car les vitamines s’y retrouvent. Il s’agit plus d’un bouillon que d’une soupe, mais cela vaut la peine. Concernant les minéraux et les protéines, ces derniers sont conservés malgré la cuisson.

Un anti-douleur puissant

L’extrait de feuilles d’ortie est connu pour agir sur le confort articulaire. Ses composants ont un effet apaisant sur les articulations douloureuses, notamment en cas de choc, de traumatisme ou d’effort excessif (tendinite) ainsi que dans le cas de règles douloureuses. Grâce aux propriétés diurétiques de l’ortie, les molécules toxiques – qui peuvent malmener les os – sont éliminées. Cela peut soulager notamment le mal de dos. Par ailleurs, la plante contient aussi du calcium qui solidifie le squelette et prévient les douleurs. Alors, on arrête le désherbant et on passe à la cueillette !

Découvrez les dix plantes médicinales remèdes pour l’âme et pour le corps :

 

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]