Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Les escaliers gravis par le Christ bientôt restaurés

© LPLT - Wikimedia commons
Partager

À Rome, les escaliers saints, empruntés par des milliers de pèlerins chaque année, doivent faire l'objet d'une importante restauration.

Cliquez ici pour ouvrir le diaporama

Pendant des siècles, les pèlerins en visite à Rome ont escaladé à genoux les « escaliers saints » du célèbre sanctuaire de la Scala Santa, situé à proximité de la basilique Saint-Jean-de-Latran. Ces marches auraient été foulées par le Christ, alors qu’il se rendait au prétoire de Jérusalem pour y être jugé par Ponce Pilate. Gravi par des milliers de pèlerins chaque année, cet escalier sera bientôt fermé au public pour restauration.

Un escalier arrivé tout droit de Jérusalem

Selon la tradition, la Scala Pilati (« Escalier de Pilate ») aurait été transporté miraculeusement de Jérusalem à Rome, au début du IVe siècle, par sainte Hélène, la mère de l’empereur Constantin. En réalité, la dévotion à cette relique ne serait apparue qu’à l’occasion du jubilé de 1450 — qui amena un flot impressionnant de pèlerins à Rome — lorsque l’évêque de Châlons-sur-Marne affirma qu’il s’agissait de l’escalier du prétoire de Jérusalem.

LPLT
Scala Santa de Rome.

Depuis, les pèlerins qui se pressent à Rome grimpent les marches à même les genoux en acte de pénitence et en mémoire de la Passion du Christ. La fréquence des pèlerinages a entraîné une telle usure que le pape Clément XII (1652-1740) fut obligé de recouvrir d’une planche de bois chacune des 28 marches de marbre blanc de Tyr afin de les protéger. Certaines marches sont cependant percées de petits hublots afin de laisser visibles les petites tâches rouges que la tradition attribue aux gouttes de sang que le Christ aurait laissées tomber sur le sol.

L’escalier principal, qui ne peut être monté que sur les genoux, est flanqué de deux autres escaliers pour l’usage commun. De part et d’autre, les murs sont décorés de grandes fresques réalisées par les plus grands artistes italiens tels que Giacoma Stella, Cesara Torelli Romano ou encore Antonio Vivarini. Ces fresques, représentant des scènes de la Passion du Christ, sont très abîmées et feront également l’objet d’importantes restaurations l’année prochaine.

Mais où mènent ces escaliers ?

Une fois la rude ascension réalisée, les pèlerins accèdent à la toute première et ancienne chapelle privée des papes. De là, ils peuvent admirer d’immenses fresques du XIIIe siècle évoquant des épisodes de l’Ancien et du Nouveau Testament. Plusieurs reliques, faisant partie des plus sacrées de l’Église, sont également conservées à l’intérieur. Mais Rome n’est pas la seule ville a posséder ce fameux « escalier saint ». En France, la petite ville de Sainte-Anne d’Auray (Bretagne) — sanctuaire célèbre pour sa dévotion à la mère de la Vierge Marie — accueille également une « Scala Santa« , construite en 1662 par les carmes pour faciliter les cérémonies religieuses. Depuis cette date, de nombreux pèlerins réalisent, chaque année, l’ascension de ce grand escalier, en signe de pénitence. La fermeture de l’escalier saint de Rome est une bonne occasion de rendre visite à celui de Sainte-Anne d’Auray.

Découvrez la Scala Santa en images en cliquant sur la diaporama :

 

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]
Les lecteurs comme vous contribuent à la mission de Aleteia

Depuis notre création en 2012, le nombre de lecteurs de Aleteia a augmenté rapidement dans le monde entier. Notre équipe est déterminée à proposer des informations qui enrichissent et inspirent la vie de nos lecteurs avec une dimension catholique. C'est la raison pour laquelle nous voulons que nos articles soient gratuits et librement accessibles à tout le monde, mais pour ce faire, nous avons besoin de votre aide. Un journalisme de qualité a un coût (que la publicité sur Aleteia ne peut couvrir entièrement). C'est pourquoi des lecteurs comme VOUS font une différence majeure en faisant un don d'à peine 3 euros par mois.