Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Béatrice Pelleau ou la joie d’être une femme

@ Béatrice Pelleau
Béatrice Pelleau, coach professionnel et initiatrice des sessions Cœur de Femme en France.
Partager

Aleteia est allé à la rencontre de Béatrice Pelleau, co-fondatrice de Talenthéo et initiatrice des sessions Cœur de Femme en France, pour qui vivre et assumer sa féminité sont source d’une joie profonde et communicative.

Cliquez ici pour ouvrir le diaporama

Coach professionnel spécialisée dans l’accompagnement des femmes, initiatrice, en France, des sessions Cœur de Femme et fondatrice avec son mari, de l’association Talenthéo, réseau de coachs chrétiens et bénévoles accompagnant des prêtres, des évêques et leurs équipes, Béatrice Pelleau, 47 ans, a plus d’une corde à son arc. Cette mère de trois enfants est convaincue que le monde a besoin de femmes pleinement vivantes. Elle est animée du désir immense de rendre plus vivantes encore les femmes qui viennent la rencontrer.

Un cheminement personnel

Si Béatrice Pelleau estime que le rayonnement et la joie de chaque femme résident dans l’accueil et le soin porté à sa féminité, cette évidence ne s’est pas imposée en un jour. C’est en 2013, alors qu’elle participe à deux reprises à des retraites Cœur de femme aux États-Unis, qu’elle est bouleversée par les enseignements des époux John et Stasi Eldredge. Ces deux retraites, l’une de découverte, l’autre d’approfondissement, trouvent en elle un écho saisissant. « C’est une découverte extraordinaire, un éblouissement », nous confie-t-elle. Elles viennent confirmer ses intuitions, répondre à ses aspirations, nourrir sa réflexion sur la femme et le féminin.

Débute alors en elle un cheminement intuitif qui l’amène à se valoriser et à s’accepter en tant que femme. Car « il n’est pas si simple de devenir heureuse d’être une femme ! », souligne-t-elle. Sa démarche consiste alors à laisser émerger des désirs, des intuitions, qui étaient enfouis au plus profond d’elle-même, et qu’elles jugeaient superficiels. Comme l’aspiration à la beauté par exemple. Elle réalise que la beauté n’est pas une futilité. Le mystère de la beauté a besoin d’être redécouvert dans toute la profondeur de sa portée. La beauté a une portée à la fois personnelle, relationnelle et spirituelle. Son cheminement intérieur et personnel aboutit à la conviction suivante : le monde a besoin du féminin, a besoin des femmes, de femmes pleinement vivantes et debout.

Partager la joie d’être femme

Ses activités, à la fois professionnelles, associatives et bénévoles, répondent à son désir de partager avec les autres femmes son regard sur la féminité. En tant que coach professionnel, et initiatrice des sessions Cœur de Femme en France, elle a à cœur d’aider chaque femme à partir à la recherche de son identité, de sa mission, d’un trésor qui s’est peut-être perdu et qui l’aidera à s’épanouir pleinement. Le rêve de Béatrice pourrait être que chaque femme soit convaincue que les valeurs portées par le féminin sont nécessaires à la société, à l’entreprise, à la famille. Selon elle, la femme est naturellement portée à l’intériorité et au soin de la vie, ce qui la prédispose à l’intelligence émotionnelle et relationnelle, à une créativité qui se nourrit de sa vie intérieure, à une profondeur de réflexion qui imprègne ses actions et ses pensées de sagesse et de spirituel.

Voilà une source de richesse pour le monde, mais aussi pour soi-même. Car pour Béatrice, l’accueil de sa féminité et de ses désirs profonds est une grande source de paix et de joie. Elle prévient cependant : « La joie d’être une femme est une joie qui se cultive, qui prend du temps, qui s’affine. Notre monde, notre éducation, nous poussent bien souvent à nous comporter comme des hommes et à nous couper de notre cœur, de notre être profond.”

Assumer sa féminité

Et ce ne sont pas des paroles en l’air. Béatrice adopte d’abord pour elle-même comme chemin de vie ce souhait d’incarner la féminité qu’elle souhaite faire découvrir à d’autres. Cela passe d’abord par l’acceptation de ce qu’elle est, de son tempérament, qu’elle décrit plutôt comme introverti et secondaire. Elle sait désormais qu’elle a besoin de nourrir sa vie intérieure, lieu de maturation et d’approfondissement de ses idées et de ses projets, lieu de ressourcement en profondeur, et que cela lui procure un nécessaire sentiment de paix. Elle sait maintenant qu’elle a parfois besoin d’un délai de réflexion plus important que d’autres pour donner son avis ou prendre une décision, mais elle le respecte et ose prendre ce temps.

Incarner sa féminité passe aussi par l’accueil qu’elle réserve à toutes les dimensions de la femme, et notamment à son fonctionnement cyclique. Elle respecte ce rythme qui engendre des hauts et des bas, qui fait alterner des moments de forte énergie productive avec des moments où elle est plus en retrait. Elle assume et vit son aspiration à la beauté. Pour elle, cela passe notamment par des gestes, apparemment insignifiants, du quotidien. C’est ce qui la pousse à cueillir dans son jardin une rose blanche pour décorer sa maison. C’est ce qui lui fait choisir une jolie tasse quand elle reçoit une amie pour un café. C’est ce qui la motive pour dresser une belle table et préparer un bon dîner. Bien que sa grande résolution de l’année soit de ralentir un peu le rythme, Béatrice fourmille de projets. À commencer par la mise en place de sessions Cœur de Femme dédiées aux consacrées.

Retrouvez les portraits de neuf femmes méconnues et inspirantes en cliquant sur le diaporama :

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]
Pour que la lumière continue à briller dans l'obscurité

Depuis notre création en 2012, le nombre de lecteurs de Aleteia a augmenté rapidement dans le monde entier. Notre équipe est déterminée à fournir des articles qui enrichissent, inspirent et informent votre vie catholique. C'est la raison pour laquelle nous voulons que nos articles soient librement accessibles à tout le monde, mais pour ce faire, nous avons besoin de votre aide. Un journalisme de qualité a un coût (que la publicité sur Aleteia ne peut couvrir entièrement). C'est pourquoi des lecteurs comme VOUS font une différence majeure en faisant un don d'à peine 3 euros par mois.