Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Samedi 28 novembre |
Sainte Catherine Labouré
home iconAu quotidien
line break icon

Comment réussir son entretien d’embauche ?

JOB INTERVIEW

Stockfour I Shutterstock

Agnès Pinard Legry - Publié le 27/09/18

Après plusieurs semaines passées à écumer les sites d’offres d’emploi, les salons de recrutement et les réseaux sociaux, vous venez de décrocher un entretien pour le poste qui vous fait rêver. Voici quelques conseils pour transformer l’essai et faire de cet entretien le départ d'une nouvelle vie professionnelle.

Vous connaissez certainement ce sentiment de stress mêlé à de l’excitation, cette accélération du cœur et ce besoin irrépressible d’occuper vos mains. Cet état est souvent ressenti par l’être humain avant un événement important ou marquant. L’entretien d’embauche, moment décisif dans le processus de recrutement, en fait partie. Une récente étude du cabinet Robert Half révèle qu’un tiers des recruteurs n’a besoin que de moins de 10 minutes pour être convaincu que le candidat convient parfaitement au poste vacant. Alors, autant mettre toutes les chances de son côté !

Savoir rôder son discours

Pour bien préparer son entretien, Jean-Yves Arrivé, coach et auteur des 100 questions piège de l’entretien d’embauche et des 50 règles d’or de l’entretien d’embauche, rappelle d’abord l’importance de bien connaitre l’entreprise et ses besoins. « Je suis toujours étonné de voir que des candidats ne connaissent pas grand-chose de l’entreprise qu’ils contactent alors qu’on est à une époque qui offre de nombreux canaux d’information », explique-t-il. « Qu’ils se rendent sur le site de l’entreprise ou qu’ils contactent des salariés via Linkedin peu importe, l’essentiel est qu’ils connaissent l’entreprise, ses activités, ses métiers clefs, son développement à l’international etc. »




Lire aussi :
10 raisons d’embaucher un ancien scout !

Le candidat doit également reprendre l’offre et les missions qui lui seront attribuées mais aussi, plus largement, reprendre la « fiche métier » correspondante. « Il doit comprendre les exigences techniques qui lui sont demandées et les mettre en évidence et en concordance avec ses expériences », indique Jean-Yves Arrivé. Au candidat, donc, de connaitre son parcours et ses expériences sur le bout des doigts afin de pouvoir les développer à l’oral avec pertinence.




Lire aussi :
Entretien d’embauche : top 6 des questions les plus bizarres (et les bonnes réponses)

Le petit plus ? « S’entraîner face à un miroir ou avec un ami, jouer aux questions-réponses ». « Cela permet de voir si notre débit de parole est bon », raconte le coach. « L’effet de stress exacerbe nos défauts, il est donc important d’avoir un feedback en situation moins stressante et d’être conscient des risques potentiels ».

Misez sur votre personnalité

Côté vestimentaire, « il n’y a pas de dress code », affirme Jean-Yves Arrivé. « Mais il y a quelques règles à respecter. Si je postule dans le milieu de la banque ou de l’expertise comptable je ne vais pas débarquer en jean avec mes piercings. À l’inverse, si je postule dans le milieu de la mode, le classique tailleur ou costume-cravate ne sera peut-être pas le plus approprié… ». Plus généralement, le coach rappelle que l’image renvoyée doit être homogène par rapport au poste et au milieu dans lequel on postule. « Et en même temps il faut être à l’aise, confort ». « Je me souviens de cette jeune fille que nous avons reçu en jury d’admission pour une école supérieure : elle était arrivée en tailleur avec des talons aiguilles. Mais cela se voyait directement qu’elle n’en avait jamais mis avant ! Au cours de l’entretien elle nous a donné à découvrir une belle personnalité… marquée par son goût de l’aventure et sa passion pour le parapente. Sa tenue ne reflétait donc pas vraiment ce qu’elle était et c’est dommage », se souvient-t-il. La clef : être soi, naturel mais sans excès et sans exagération.

Les choses à ne pas faire

À partir du moment où vous débutez l’entretien, « vous devez être dans l’écoute, dans l’échange », explique le coach. « Interagissez avec le(s) recruteur(s), montrez-vous curieux ! Et cassez cette idée que le recruteur est là pour vous piéger, vous faire tomber. Dialoguez avec lui, montrez l’intérêt que vous avez pour l’entreprise. Efforcez-vous de répondre avec le plus de sincérité possible mais si vous avez un doute sur une question, sentez-vous libre de le dire ou de demander une précision ». Autre point à surveiller : les réponses fermées. « Évitez à tout prix de répondre « non » et restez évasif. Par exemple, à la question « Êtes-vous prêt certains jours à rester plus tard ? » Au lieu de répondre « Non, je tiens à mes horaires », dites : « Ponctuellement pourquoi pas »… et rebondissez sur autre chose ».


OFFICE

Lire aussi :
Réussite professionnelle : savez-vous communiquer ?

Quid du mensonge ? « Il n’est pas interdit d’embellir des expériences passées mais il est interdit de se faire prendre en flagrant délit de mensonge sur un élément », insiste-t-il. « Si c’est le cas, tous vos propos risques d’être remis en cause. Il y a des éléments de fond tels que les diplômes sur lesquels vous ne pouvez pas mentir. Mais vous pouvez valoriser vos expériences ». « Plus globalement je pense qu’il est nécessaire de dédramatiser certaines choses. On sait que le CV sans trou n’existe plus. Cela ne sert à rien de cacher un CDD ou un stage un peu à l’écart du poste auquel on postule. Un CV raccord peut même devenir suspect ! Soit on se dit que le candidat a beaucoup de chance soit qu’il essaye de nous enfumer. Dans le deuxième cas, le recruteur se retrouve en situation de méfiance et cela peut devenir très dommageable ».




Lire aussi :
La génération Y, entre réinvention professionnelle et quête de sens

Le meilleur moyen de ne pas stresser

« L’entretien est une situation dans laquelle le candidat à toutes les raisons d’être un peu angoissé », reconnait le coach. Pour éviter toute mésaventure, il conseille donc de planifier le trajet à l’avance. « Vérifiez bien l’itinéraire à suivre et, surtout, prenez une demi-heure de minutes de marge », alerte-t-il. « Arriver en retard est catastrophique mais arriver à l’heure après avoir couru et doubler ainsi le stress de l’entretien par l’angoisse d’arriver en retard n’est guère mieux ! ».

Tags:
emploimanagementtravail
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Agnès Pinard Legry
Jauge de 30 personnes : les catholiques unis ...
Timothée Dhellemmes
"Ridicule", "pathétique", "humiliante"... la ...
Agnès Pinard Legry
Vent debout contre la jauge de 30 person...
Timothée Dhellemmes
Les messes publiques reprendront samedi... ma...
Timothée Dhellemmes
Les évêques fustigent une décision "irréalist...
Monseigneur Matthieu Rougé
Timothée Dhellemmes
Mgr Rougé : "C’est un manquement à la parole ...
CATHEDRALE NOTRE DAME DE PARIS
Caroline Becker
Découvrez l'intérieur de Notre-Dame de Paris,...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement