Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Facebook peut avoir une véritable utilité, la preuve

MAN LAPTOP
Partager

Les membres de la Société de Saint-Vincent de Paul, fondée par Frédéric Ozanam au XIXe siècle, cherchent à faire rayonner la charité dans le monde à travers de nombreuses proposition. Focus sur l'une d'entre elles, le groupe Facebook « Et si on parlait de solitude et d'isolement ».

Cliquez ici pour ouvrir le diaporama

Le 27 septembre, l’Église fête saint Vincent de Paul, un homme qui a consacré sa vie à soulager la misère matérielle et morale de ses frères. Aujourd’hui, la Société de Saint-Vincent-de-Paul, fondée par le bienheureux Frédéric Ozanam, est présente dans 150 pays. Rien qu’en France, elle compte pas moins de 17.000 bénévoles.

Jean-Charles Mayer, responsable de la communication au sein de ce vaste réseau, a fondé en janvier 2018 un groupe Facebook intitulé Et si on parlait de solitude et d’isolement. Celui-ci, véritable outil pour identifier des gens qui souffrent, rassemble quelque 1.500 personnes à travers l’Hexagone. Il part d’un constat : nombre de personnes souffrent de la solitude derrière leurs écrans malgré les progrès inouïs de la communication. « Nous communiquons sur Facebook et Twitter mais nous avons réalisé que sur le digital, nous ne proposions rien aux personnes en situation de solitude. Ce groupe est là pour répondre à cette problématique. Il est fermé pour garder une confidentialité, mais tout le monde peut y adhérer et chacun est libre de dire absolument ce qu’il veut. La règle, c’est la bienveillance et la fraternité », explique le fondateur.

Interactif et participatif, il offre à ses membres la possibilité d’exprimer leur souffrance. Véritable outil pour casser l’isolement, il rassemble aussi bien des jeunes que des personnes au chômage ou des mères célibataires isolées à force d’épuisement qui se confient, posent des questions, reçoivent les témoignages des autres.

« La communauté joue le jeu »

Depuis sa création, il rencontre un succès croissant. Chaque jour, on compte une dizaine de publications, qui suscitent elles-mêmes des centaines de commentaires. « Nous avons des gens timides qui se confient par l’intermédiaire d’un ordinateur. Les gens se répondent, la communauté joue le jeu », poursuit Jean-Charles Mayer. Il explique que des modérateurs sont là pour veiller à ce que l’esprit de bienveillance souhaité soit préservé. S’ils sont témoins de situations vraiment dramatiques, ils contactent la personne et envoient une équipe à sa rencontre. « Ce n’est pas un outil de communication, c’est vraiment un outil pour aider les gens ».

La prochaine étape ? Monter des événements locaux afin que les personnes puissent se rencontrer de visu. « Aujourd’hui, nous essayer de localiser les personnes à travers la France pour monter des événements là où elles sont avec des équipes locales », poursuit le fondateur. D’ici la fin de l’année, un événement devrait être réalisé. « Nous l’organiserons probablement là où il y a le plus de monde ». Si le lieu n’est pas encore connu, l’objectif, lui, est bien clair : la rencontre, et encore la rencontre.

Cliquez ici pour découvrir les huit plus belles citations de saint Vincent de Paul :

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]