Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Que répondre à un enfant qui demande s’il va mourir ?

sky child
Partager

Comment dire la vérité, et en même temps le rassurer ? Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus nous donne un bon début de réponse.

Parfois, suite au décès d’un proche, un enfant, même très jeune, pose des questions sur la mort et notamment sur sa propre mort. Il veut savoir si lui aussi va mourir. Et lorsque nous avons réussi, à l’aide de quelques pirouettes et doux euphémismes, à lui asséner la vérité, voilà qu’il nous demande encore : « mais quand ? dans combien de dodos ? » A ce moment-là, on renonce, vu son âge, à lui faire part des dernières statistiques de l’Insee sur l’espérance de vie, et on a le choix entre la rassurante facilité : « dans très longtemps mon chéri ! » ou l’abrupte réalité : « Dieu seul sait ! ».

Ne pas cacher la vérité

Les psychologues sont d’accord sur un point : il est important de ne pas cacher la vérité à un enfant. S’il pose la question, c’est tout d’abord pour comprendre. D’où la nécessité de prendre le temps de l’écouter et d’être franc dans vos réponses. Votre crédibilité est en jeu ! Leurs questions sur la mort témoignent d’un besoin de savoir mais aussi d’être rassurés. Un enfant sera moins inquiet si vous lui dites la vérité que si vous le laissez dans l’ignorance.

L’enseignement de la petite Thérèse

Les chrétiens ont cette chance de pouvoir apporter une réponse pleine d’espérance à la question de la mort. La mort est la porte d’entrée dans la vie éternelle. C’est de cette foi dont témoigne sainte Thérèse de Lisieux lorsqu’elle écrit à l’abbé Maurice Bellière en juin 1897 (elle meurt le 30 septembre 1897) : « Je voudrais vous dire, mon cher petit Frère, mille choses que je comprends étant à la porte de l’éternité, mais je ne meurs pas, j’entre dans la vie ».

Intuition qu’elle avait déjà toute petite, lorsqu’elle souhaitait la mort à ses parents, dans ses élans de tendresse. Thérèse cite ainsi une lettre de sa mère, Zélie Martin : « Le bébé est un lutin sans pareil, elle vient me caresser en me souhaitant la mort : “Oh ! Que je voudrais bien que tu mourrais, ma pauvre petite Mère ! …” On la gronde, elle dit : “C’est pourtant pour que tu ailles au Ciel, puisque tu dis qu’il faut mourir pour y aller.” Elle souhaite de même la mort à son père quand elle est dans ses excès d’amour ! ». Thérèse a appris, dès sa plus tendre enfance, que la vraie patrie, c’est le Ciel. De ce fait, elle n’éprouve pas de peur à l’idée de la mort. Puissions-nous, en tant que parent, inculquer un peu de cette confiance et de cet abandon aux âmes tourmentées de nos enfants.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]
Les lecteurs comme vous contribuent à la mission de Aleteia

Depuis notre création en 2012, le nombre de lecteurs de Aleteia a augmenté rapidement dans le monde entier. Notre équipe est déterminée à proposer des informations qui enrichissent et inspirent la vie de nos lecteurs avec une dimension catholique. C'est la raison pour laquelle nous voulons que nos articles soient gratuits et librement accessibles à tout le monde, mais pour ce faire, nous avons besoin de votre aide. Un journalisme de qualité a un coût (que la publicité sur Aleteia ne peut couvrir entièrement). C'est pourquoi des lecteurs comme VOUS font une différence majeure en faisant un don d'à peine 3 euros par mois.