Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Les techniques imparables pour cesser de pester contre les manies de son conjoint

TOKSYCZNA RELACJA
Shutterstock
Partager

Dans le couple, il y a des moments où le comportement de son conjoint à de quoi faire sortir de ses gonds. Une broutille, un reproche, et le ton monte… Tous les couples connaissent ces petits agacements quotidiens qui peuvent mettre sa relation en danger.

Lui range n’importe comment le lave-vaisselle. Elle égare toujours les papiers les plus importants. Lui achète systématiquement la lessive en baril alors que c’est tellement mieux en paquet. La liste est interminable. Si on y réfléchit bien, elle est plutôt surréaliste. Des péripéties apparemment insignifiantes peuvent se transformer en drames domestiques. Que l’on se rassure : c’est normal ! Selon la psychothérapeute familiale polonaise Malgorzata Rybak, ces petits grains de sable sont constitutifs du couple. Ils sont même le signe de sa bonne santé. À condition, toutefois, de savoir les gérer. La spécialiste polonaise a enquêté sur ces rages miniatures qui en disent long sur l’art et la difficulté de vivre à deux.

Albert Einstein a défini la folie comme le fait de répéter toujours la même chose en s’attendant à chaque fois que se produise un autre résultat. Dans la vie à deux, peut-on briser ce type de cercle vicieux ? Oui, mais en commençant par ne plus chercher à convaincre l’autre de ressembler à soi-même. C’est la première condition. Tout est dans la manière d’admettre et de respecter les différences avec l’autre. Une fois cette première condition acceptée, on ouvre alors son regard et son cœur à de nouvelles manières de comprendre l’autre, souligne Malgorzata Rybak. Elles valent la peine d’être tentées. En voici quelques unes…

Admettez que votre conjoint n’a pas de mauvaise volonté

Ce que vous percevez comme du laisser-aller chez lui n’est pas forcément le signe d’une mauvaise volonté de sa part. Pour beaucoup, le couple est un lieu de réconfort. Rentrer chez soi après les pressions de la journée, c’est ne plus être sous le regard des autres et pouvoir se relâcher, décompresser enfin. À ce titre, les hommes auraient tendance plus facilement à voir le couple comme cela.

Côté femmes, l’agacement ne concerne pas tant le relâchement que le laisser-aller envahissant qui met en péril la séduction. Pourtant, dire à son conjoint « si tu m’aimais, tu ne ferais pas ceci ou cela » est une erreur. L’amour serait effrayant s’il exigeait de renoncer à soi-même ! Essayez de dire plus simplement vos besoins à votre conjoint. Dites-lui par exemple : « Je tiens à ce que notre maison soit accueillante pour tout le monde ». N’oubliez surtout pas que les différences entre votre conjoint et vous sont objectivement neutres. Ce qui a de l’importance pour vous n’en a pas forcément pour lui. Du coup, il peut parfois s’avérer incapable de faire ce que vous lui demandez au niveau de ce que vous espérez. Êtes-vous prêt(e) à l’accepter ?

Acceptez qu’il y a plusieurs façons d’agir

Le dogme concernant la façon de plier le linge, ranger les placards, ou organiser les activités scolaires de vos enfants n’existe pas. Réfléchissez bien. Au fond, le sujet de vos disputes, quand vous les situez dans la perspective du temps de votre mariage — souvent toute votre vie d’adulte — ne sont-ils pas dérisoires ? Il y a des hommes qui se plaignent de la mauvaise organisation du week-end, comme il y a des femmes qui reprochent à leur mari la façon dont il étend le linge. Cette attitude critique enlève à l’autre le sentiment d’efficacité.

Par conséquent, la dissonance entre la vie professionnelle et la vie de famille peut dangereusement se creuser, alerte la psychothérapeute. La même personne qui, au travail, est capable de prendre des décisions efficaces, risquées et courageuses, devient à la maison un « bon à rien »… Aux moments tendus, essayez de penser qu’il n’y a pas qu’une façon de voir les choses, à commencer par la vôtre. Nul n’est infaillible.

Plongez dans l’univers de l’autre

Voyez les différences de votre conjoint comme des invitations. Tentez-en quelques unes. Au moins de temps en temps. Vous adorez la grasse matinée et traîner pendant des heures en pyjama le week-end ? Lui, il est prêt dès le lever du jour pour un marathon de 10 kilomètres ? Laissez-vous inviter à une matinée sportive. Un week-end sur deux ou de temps à autre. Prenez cela comme un nouveau jeu. Votre femme adore consacrer le samedi aux grands rangements ? Ne râlez pas, prenez plutôt cette activité à deux comme une façon de… faire du sport. Finalement, cela pourrait se transformer — pourquoi pas — en activité amusante et satisfaisante à la fois ?

Cette attitude d’ouverture à l’autre peut apporter une brise de fraîcheur dans le couple. Ceux qui se contentent d’évoluer uniquement à l’intérieur de leurs propres habitudes risquent de se retrouver un jour sous le même toit comme deux personnes étrangères l’une à l’autre. Pendant que chacun aura toujours eu soin de défendre son propre point de vue, l’amour aura disparu.

Regardez du côté de votre propre histoire

Est-il si important pour vous de convaincre l’autre de faire comme vous le voulez ? Cela vaut la peine que vous répondiez à cette question une bonne fois pour toutes. Vous découvrirez alors que votre manque d’indulgence envers l’autre vient souvent d’un manque d’indulgence envers vous-même. Ceux qui attendent trop des autres sont souvent ceux qui subissent un réel déficit d’estime de soi. Rien de tel pour empoisonner sa vie… et celle des autres. Acceptez plutôt de regarder du côté de votre propre histoire. La reconnaissance de l’autre passe souvent par celle de soi-même. Prenez soin de vous, cela en vaut la peine ! Plus vous ferez l’expérience de paix intérieure et d’acceptation de soi, plus vous donnerez le droit à l’autre d’être lui-même.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]