Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Abonnez-vous à notre newsletter

Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Aleteia

Santé au travail : un équilibre entre vie pro et vie perso bien fragile

STRESS WOMAN
Partager

35% des salariés éprouvent des difficultés à concilier vie personnelle et vie professionnelle, révèle un baromètre réalisé par Malakoff Médéric.

Des salariés moins fatigués physiquement mais toujours autant nerveusement, un équilibre toujours plus précaire entre la vie personnelle et la vie professionnelle et une érosion de l’engagement dans son travail, voici les principales conclusions du 10e baromètre réalisé par le groupe Malakoff Médéric sur la santé et la qualité de vie au travail.

Du côté des bonnes nouvelles, en 2018, 73% des salariés se disent satisfaits de leur qualité de vie au travail et 60% d’entre eux déclarent se sentir mieux dans leur travail qu’il y a dix ans. Moins d’un salarié sur deux estime son travail physiquement fatiguant (48% cette année contre 54% en 2009) et 73% des salariés déclarent être confiants dans leur situation professionnelle (+9 points par rapport à 2012).

Mais si la perception de la qualité de vie au travail s’améliore certains risques s’imposent chaque année un peu plus dans le quotidien professionnel des salariés. 35% d’entre eux éprouvent ainsi des difficultés à concilier vie personnelle professionnel (contre 27% en 2009). « Lorsque l’on demande à ces salariés ce qui leur permettrait de mieux concilier ces temps de vie, des horaires de travail plus souples (46%), une réduction du temps de travail (28%) et la possibilité de télétravail (24%) arrivent en tête des solutions », rapporte le baromètre.

En parallèle, 68% des salariés jugent leur travail nerveusement fatigant. Un chiffre qui s’explique notamment par une difficulté plus forte à gérer les priorités et une fragmentation du travail. Enfin, en dix ans, la part des salariés très engagés a nettement diminué, passant de 41% en 2009 à 29% en 2018.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]