Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Dimanche 18 avril |
Saint Parfait de Cordoue
home iconSpiritualité
line break icon

À Cahors, demander des vocations n’a rien de vain

AUMONERIE JOURNEE

Lucile Saint-Jean

Lucile Saint-Jean - Publié le 19/09/18

Le 22 septembre 1618, le bienheureux Alain de Solminihac, qui devint ensuite évêque de Cahors (Lot,), était ordonné prêtre. 400 ans plus tard, la célébration de cet anniversaire marquera la clôture d’une année consacrée aux vocations dans ce même diocèse.

Mais pourquoi choisir Alain de Solminihac, un bienheureux méconnu, pour présider à une année de prière dédiée aux vocations. Car dans le diocèse de Cahors cet homme est considéré par beaucoup comme le Charles Borromée français, celui qui oeuvra sans relâche pour que soit appliqué, au sein de ses paroisses, le Concile de Trente. Un seul exemple. C’est lui qui a ouvert, avec l’aide de saint Vincent de Paul, le premier séminaire hors de Paris. Une grande avancée à une époque où les aspirants au sacerdoce se formaient « sur le tas », c’est-à-dire plus ou moins bien.




Lire aussi :
Un bon moyen pour soutenir les prêtres dans leur vocation

Mais l’action d’Alain de Solminihac ne s’arrête pas là : « Le bienheureux a beaucoup oeuvré pour la formation spirituelle, humaine et intellectuelles des chrétiens afin de favoriser l’unité de vie. Il est important qu’il y ait cette cohérence entre la foi et la vie ordinaire », souligne auprès d’Aleteia le père Jean-Baptiste Digeon, vicaire à Gramat et chapelain à Rocamadour.

Une bande dessinée du bienheureux

Aussi, durant un an, prêtres et fidèles de l’évêché de Cahors ont porté tout particulièrement les vocations dans leurs prières. Pour les accompagner, le diocèse a édité un petit livre de prières, ainsi qu’une bande dessinée retraçant la vie du Bienheureux. Chaque jeudi, au sanctuaire de Rocamadour, était célébrée une messe spécialement à ces intentions.

Lucile Saint-Jean

Catherine Servera, mère de huit enfants, dont un diacre et une novice chez les Soeurs de Notre Dame du Calvaire, à Gramat, s’occupe des enfants adorateurs. Elle a noté avec quel enthousiasme et générosité, des bambins ont prié non seulement pour demander des prêtres mais aussi soutenir spirituellement les personnes consacrées du diocèse.

Chez les Servera on prie pour les vocations depuis 25 ans, cette année est donc apparue pour eux comme une évidence et une grande joie. Elle a aussi été l’occasion de découvrir la figure du bienheureux qu’ils connaissaient mal. « Comme toujours, sourit Catherine Servera, son message et son oeuvre est transposable à notre époque : la nécessité de se former et de se donner à Dieu. »


PRIEST COLLAR

Lire aussi :
Accueillir une vocation, pas si simple pour la famille

Il se chuchote aujourd’hui que les vocations seraient moins nombreuses. Est-ce parce que Dieu appelle moins ? Absolument pas, selon l’abbé Florent Millet, recteur de Rocamadour : « Dieu appelle parce que son peuple demande des prêtres, parce qu’il a faim et soif de Lui. Si le peuple de Dieu est juste là pour consommer des sacrements, a-t-il vraiment besoin de prêtres ? », questionne-t-il pour faire réagir. « Dans l’air ambiant, la question de la vocation ne se pose plus beaucoup. S’engager dans la durée, de manière définitive est plus difficile et peut faire peur. Cela ne pousse pas forcément à se consacrer à Dieu. Pourtant Il appelle à son service. » Difficile de répondre aussi à ce qu’on ne connaît pas ou peu. Ainsi, le diocèse a-t-il interviewé des prêtres, des religieuses et des religieux qui ont raconté leur parcours, et pourquoi, eux, avaient répondu à l’Appel. « Ces témoignages ont permis de toucher pas mal de jeunes », se réjouit l’abbé Millet.

Découvrez dans cette vidéo le témoignage du père Guillaume-Soury Lavergne, curé à Figeac :

Tags:
pretrevocation
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
adoption
Cerith Gardiner
Parents de cinq enfants, ils adoptent une fratrie de sept frères ...
2
BENEDICT XVI
Hugues Lefèvre
Une 94e année éprouvante pour le pape émérite Benoît XVI
3
La rédaction d'Aleteia
Il y avait-il un saint à bord du Titanic ?
4
Mathilde de Robien
Ces quatre cavaliers de l’Apocalypse qui détruisent le couple
5
WEB2-CHURCH-SAINTJOSEPHDESNATIONS-WEB2-CHURCH-SAINT-JOSEPH-DES-NATIONS-Eleonorede-Vulpillieres.jpg
Eléonore de Vulpillières
Paris : le tabernacle de Saint-Joseph des Nations forcé par des m...
6
Marzena Devoud
Les six choses (importantes) à savoir sur les funérailles du prin...
7
POmpier Notre Dame de Paris
Timothée Dhellemmes
« D’en haut, on entend les chants » : des pompiers raconten...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement