Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Femmes enceintes, « protégez votre joie »

PREGNANT WOMAN SITTING IN PARK
Kelvin Murray | Getty Images
Partager

« Protège ta joie », c’est la demande que fait le pape François aux femmes enceintes dans son exhortation apostolique Amoris Laetitia. Une invitation à se détacher de ses peurs et du regard des autres pour se concentrer sur la vraie joie qu’est un enfant au regard de Dieu.

La plupart du temps, la maternité est une joie, l’enfant est voulu, désiré, attendu, sa naissance procure un immense bonheur, elle marque le début ou l’accomplissement d’une famille, elle porte en elle des rêves, des projets d’avenir, elle comble les parents dans leur désir de devenir père et mère… Au milieu de cet enthousiasme peuvent survenir des moments de doute, sur ses capacités à élever un enfant, sur la solidité de son couple, sur des questions financières, ou médicales, qui viennent obscurcir vos pensées. Il peut arriver aussi que d’autres, par des remarques déplacées ou des commentaires désobligeants, ternissent votre enjouement. Enfin il se peut qu’une grossesse ne soit pas joyeuse. Parce que ce n’est pas le bon moment, parce que ce n’était pas prévu, parce qu’elle est survenue dans des circonstances dramatiques. Et pourtant, dans tous les cas, le Pape invite les femmes enceintes à se réjouir : « Ne permets pas que les peurs, les préoccupations, les commentaires d’autrui ou les problèmes éteignent cette joie ». Il exhorte chaque femme à redécouvrir la joie intérieure que recèle la maternité.

La joie intérieure de la maternité

Elle n’est pas le sentiment un peu égoïste d’attendre un enfant pour son propre intérêt, son propre bonheur ou sa propre réalisation en tant que mère. La joie intérieure de la maternité est cette joie « d’être un instrument de Dieu pour apporter une nouvelle vie au monde », précise le pape (Amoris Laetitia, paragraphe 171). À chaque grossesse, à l’image de Marie, toute mère collabore avec Dieu pour que se produise le miracle d’une nouvelle vie. Une vraie joie résulte alors de cette prise de conscience d’être co-créateur avec le Tout puissant.

Chaque femme a la capacité de transmettre cette joie à son enfant

L’enfant dans le ventre de sa mère perçoit cette joie intérieure. Il perçoit ainsi qu’il est aimé, attendu pour lui-même et non pas comme une solution à une préoccupation personnelle. Cette joie est belle dans la mesure où elle est tournée vers l’autre, à la fois vers Dieu et vers l’enfant. Le Pape invite à « demander au Seigneur de protéger cette joie pour pouvoir la transmettre à son enfant », et à louer comme Marie : « Mon âme exalte le Seigneur, et mon esprit tressaille de joie en Dieu mon Sauveur, parce qu’il a jeté les yeux sur l’abaissement de sa servante » (Luc 1, 46-48).

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]