Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Quand certains défauts de votre enfant vous exaspèrent

MATKA KRZYCZY NA DZIECKO
Shutterstock
Partager

"Comment peux-tu être tellement lent à t'habiller ?" "Tu es vraiment insupportable !"... Vous avez peut-être du mal à accepter certains traits de caractère de votre enfant ? C'est assez normal. Cependant faites attention à ne pas faire de remarques cassantes. Involontaires ou maladroites, elles blessent l'enfant et peuvent le convaincre qu'il ne sera jamais à la hauteur.

Pour que les mots ne dépassent pas vos pensées, mais aussi pour que votre progéniture ne vous pousse pas trop souvent à bout, il faut parfois admettre que certains traits de caractère de votre enfant vous exaspère. Il vous appartient de nommer ce sentiment de rejet et de le reconnaître. Il est essentiel de constater que vous n’aimez pas tel ou tel défaut chez votre enfant, que certains de ses comportements vous irritent. Sinon, comme le souligne Malgorzata Rybak, thérapeute familiale et blogueuse polonaise, « vous risquez de chercher des arguments rationnels pour camoufler votre exaspération ». Si vous dites à votre enfant : « Tu ne peux pas être aussi distrait, tu n’y arrivera jamais dans la vie ! », votre antipathie trouve sa raison d’être. Vous pensez vous énerver « pour son bien ». Pourtant, ce camouflage rationnel ne mène nulle part. Les parents peuvent aimer leur enfant tout en ayant en horreur certains traits de caractère chez lui. C’est normal.

Au fond, qu’est-ce qui vous exaspère ?

Posez-vous cette question : concrètement, qu’est-ce vous n’aimez pas chez votre enfant ?  Si vous n’identifiez pas précisément ses défauts, vous pouvez alors facilement transformer l’irritation liée au comportement de votre enfant à toute sa personne. Pour Malgorzata Rybak, avec de tels sentiments confus, vous ne pouvez pas construire un lien épanouissant pour l’enfant. En revanche, admettre ses défauts permet de créer une relation qui le fait grandir ».

Changez le négatif en positif

Une fois que vous savez ce qui vous irrite chez votre enfant, nommez le trait de son caractère ou de son comportement sans porter de jugement. Au lieu de vous dire « il est très bavard », dites plutôt : « il aime beaucoup parler ». Au lieu de déplorer qu’il ne vous obéit jamais, dites plutôt « il a la tête dans les nuages, alors il n’entend pas quand on l’appelle ». Ce changement de perspective vous aidera à voir le côté positif de la personnalité de votre enfant.

Est-ce vraiment grave ?

Malgré l’irritation du moment, essayez de prendre de la distance et réfléchissez si le défaut de votre enfant que vous n’aimez pas est si difficile à supporter que ça. Si oui, demandez-vous comment vous pouvez l’aider. Quand, par exemple, votre enfant est terriblement distrait, peut-être que des petits rappels (toucher son épaule, chercher son regard…) peuvent l’aider à revenir dans la réalité ? Si votre fille est très bavarde, pourquoi ne pas lui proposer des moments qui lui sont entièrement consacrés pour être à son écoute, dans la voiture en allant à l’école ou lors d’une promenade au parc ?

Il est une personne à part entière

Vous pouvez nouer une bonne relation avec votre enfant lorsque vous lui accordez le droit d’être une personne distincte et unique. Il est complètement différent de vous. C’est un être à part entière qui est sensible, peureux, curieux et joyeux. Il n’est pas là pour combler votre besoin d’affection. En revanche, Il a besoin de vous pour grandir, apprendre à rebondir, à s’estimer, à être attentionné, à comprendre l’échec pour le transformer en réussite.

Pour l’aider, essayez de voir pourquoi certains de ses défauts provoquent une telle exaspération chez vous. N’est-ce pas parce qu’ils reflètent les traits de caractère d’un proche que vous n’aimez pas ? Ou parce qu’ils vous font trop penser à ce que vous ne supportez vraiment pas en vous ? Ou encore parce que son comportement contrarie votre excès de perfectionnisme ? Pour aider votre enfant à s’épanouir, partez d’abord à la rencontre de vous même. Plus ce voyage intérieur sera profond, plus le capital laissé à votre enfant sera riche.

Dites lui dit qu’il est aimé

En lui disant que vous l’aimez, vous le valorisez. Vous l’assurez qu’il compte pour son entourage. L’aimer lui donne du courage et le temps de grandir. Cela lui offre la possibilité de commettre des erreurs, le réconforte et le rend joyeux. L’amour affermit l’idée qu’il se fait de lui-même et le remplit d’espoir. En disant « je t’aime » à votre enfant, vous lui faites savoir qu’il a de la valeur et qu’il mérite d’être aimé. Avec tous ses défauts. Cela dissipe la peur et lui donne la confiance et la sécurité qui le soutiendront tout au long de sa vie. Dire à votre enfant qu’il est aimé lui apprend à s’aimer lui-même et à aimer les autres.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]