Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Leah Sharibu, otage de Boko Haram pour sa foi

Partager

Sur les cent dix lycéennes kidnappées par l’armée de Boko Haram en février dernier, Leah Sharibu est la seule à demeurer captive des forces rebelles. A 15 ans à peine, la jeune nigériane a choisi la fidélité au Christ plutôt que la liberté.

Le 19 février 2018, le lycée de jeunes filles de Dapchi, au Nord-Est du Nigeria, est pris d’assaut par les forces de Boko Haram. Cent dix lycéennes sont prises en otage, reproduisant les événements de Chibok quatre ans auparavant. Au bout d’un mois, les négociations entre le gouvernement et les rebelles permettent leur libération. Le jour tant attendu de leur retour, Rebecca Sharibu attend avec impatience, comme les autres familles, de retrouver sa fille Leah. Mais tandis que les lycéennes descendent des véhicules, elle ne parvient pas, au milieu des embrassades, à distinguer son enfant. “Je ne comprenais pas pourquoi Leah manquait”, se souvient-elle. Une des jeunes filles s’avance alors et lui explique : “Elle a refusé de se convertir à l’Islam”. Les autres lycéennes témoignent : “C’était la condition pour entrer dans la voiture, mais elle a déclaré qu’elle ne le ferait jamais”.

Depuis ce jour, Rebecca vit dans la crainte de ne plus revoir sa fille. Elle n’a reçu aucune visite officielle, aucune nouvelle jusqu’au 27 août dernier, où la presse locale a diffusé une photo récente de Leah accompagnée d’un enregistrement. De sa voix enfantine, la jeune fille plaide pour sa libération : “Je supplie le Président de me sortir de cette situation (…) et je demande également aux personnes de soutenir ma mère, mon père et mon petit frère”. Cette première preuve de vie depuis sa captivité est une bouffée d’espoir pour ses proches : “C’est bien elle”, atteste son père, “je sais maintenant que ma fille est encore vivante !”.

Des campagnes de soutien

Chika Oduah, journaliste nigériane partie à la rencontre de la famille Sharibu en mai dernier, a été frappée de voir la fierté de ses parents en évoquant le choix de leur fille. Ils racontent que Leah, calme et consciencieuse, aimait se rendre à l’église. De sa voix douce et mélodieuse, elle participait à la chorale de la communauté chrétienne de Dapchi.

Le sacrifice de Leah ne laisse pas les Nigérians indifférents. Des campagnes de soutien circulent sur les réseaux sociaux, louant son courage et demandant aux autorités de tout mettre en oeuvre pour la libérer.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]
Pour que la lumière continue à briller dans l'obscurité

Depuis notre création en 2012, le nombre de lecteurs de Aleteia a augmenté rapidement dans le monde entier. Notre équipe est déterminée à fournir des articles qui enrichissent, inspirent et informent votre vie catholique. C'est la raison pour laquelle nous voulons que nos articles soient librement accessibles à tout le monde, mais pour ce faire, nous avons besoin de votre aide. Un journalisme de qualité a un coût (que la publicité sur Aleteia ne peut couvrir entièrement). C'est pourquoi des lecteurs comme VOUS font une différence majeure en faisant un don d'à peine 3 euros par mois.