Aleteia logoAleteia logoAleteia
Lundi 04 mars |
Saint Casimir
Aleteia logo
Actualités
separateurCreated with Sketch.

Changement climatique : plus que deux ans pour agir ?

ANTONIO GUTERRES

Kuhlmann / MSC I CC BY-SA 3.0

Antonio Guterres, secrétaire général de l’ONU.

Agnès Pinard Legry - publié le 11/09/18

Antonio Guterres, secrétaire général de l’ONU, s’est exprimé de manière inédite — et inquiétante — sur le changement climatique. Son message : si nous ne changeons pas radicalement d’orientation d’ici 2020, nous risquons des conséquences désastreuses et irrévocables pour l’environnement… et notre survie.

Sans donateurs, l’avenir d'Aleteia s’écrit en pointillé.
Pour qu'Aleteia reste gratuit et pour faire rayonner l’espérance qui est en vous,
faites un don à Aleteia !

JE FAIS UN DON

(avec déduction fiscale)

C’est un avertissement inédit qu’a lancé ce lundi 10 septembre Antonio Guterres, secrétaire général de l’ONU. « Si nous ne changeons pas d’orientation d’ici 2020, nous risquons […] des conséquences désastreuses pour les humains et les systèmes naturels qui nous soutiennent », a-t-il déclaré trois jours avant le début d’un sommet mondial pour l’action climatique qui doit réunir à San Francisco des milliers d’élus, de maires, de responsables d’ONG et d’entreprises.


VOLUNTEERS

Lire aussi :
Exxon Mobil, BlackRock… les multinationales au défi de Laudato Si’

Rappelant l’ensemble des menaces qui pesaient sur notre environnement, la biodiversité ou encore l’accès à l’eau, il a répété à plusieurs reprises que le monde faisait « face à une menace existentielle directe » et au « plus grand défi » de l’époque. « Le changement climatique va plus vite que nous », a-t-il prévenu. « Nous avons les outils pour rendre nos actions efficaces mais nous manquons — même après l’accord de Paris — de leadership et d’ambition pour faire ce que nous devons faire ».

2020, l’échéance imposée aux signataires de l’accord de Paris de 2015

Concrètement, « nous devons arrêter la déforestation, restaurer les forêts détériorées et changer notre manière de cultiver ». Il faut aussi revoir « la manière de chauffer, de refroidir et d’éclairer nos bâtiments pour gaspiller moins d’énergie ». Antonio Guterres a rappelé qu’il organisera à l’ONU un sommet mondial sur le climat en septembre 2019, soit un an avant l’échéance imposée aux signataires de l’accord de Paris de 2015 pour s’acquitter de leurs engagements. Selon lui, « il est impératif que la société civile — jeunes, groupes de femmes, secteur privé, communautés religieuses, scientifiques et mouvements écologiques dans le monde — demande des comptes aux dirigeants ».

Très sensible à cette question, le pape François avait appelé début juin à « un examen de conscience sérieux concernant la protection de la planète confiée à nos soins ». « Il est probable que nous laissions aux générations futures une maison commune en ruines », avait-il prévenu. Le souverain pontife a également demandé aux chrétiens « de reconnaître les racines spirituelles de la crise écologique » et d’aider à donner une réponse « univoque ».

Les 10 phrases fortes du pape François sur l’environnement
Tags:
environnementLaudato siPape François
Vous aimez le contenu de Aleteia ?

Faites du soutien de notre mission votre effort de Carême 2024.

Notre mission ? Offrir une lecture chrétienne de l’actualité et transmettre l’espérance du Christ sur le continent numérique.

Nous sommes les missionnaires du XXIème siècle : accompagnez-nous par vos dons !

Grâce à la déduction fiscale, vous pouvez soutenir le premier site internet catholique au monde tout en réduisant vos impôts.

(avec déduction fiscale)
ASSISE-Ictus-x-Aleteia.gif
Le coin prière
La fête du jour





Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement