Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!
Aleteia

L’« extraordinaire » témoignage de vie de Mère Alphonse-Marie

Domaine Public
Mère Alphonse-Marie Eppinger.
Partager

Dimanche 9 septembre 2018, dans la cathédrale de Strasbourg (Bas-Rhin), l’Église catholique a béatifié Mère Alphonse-Marie Eppinger, une religieuse du XIXe siècle connue pour son apostolat auprès des plus pauvres.

Mère Alphonse-Marie Eppinger (1814-1867), une religieuse mystique originaire de Niederbronn-les-Bains (Bas-Rhin), a été béatifiée à Strasbourg, « capitale européenne », dimanche 9 septembre dernier. Le cardinal Giovanni Angelo Becciu, préfet de la Congrégation pour la cause des saints, a parlé durant son homélie de son « extraordinaire » témoignage de vie qui invite aujourd’hui tous les Européens « à avoir le cœur ouvert » vis-à-vis des plus faibles et de ceux qui sont dans le besoin. Son charisme a inspiré trois familles religieuses : les sœurs du Très Saint Sauveur, les sœurs du Rédempteur et les sœurs du Divin Rédempteur, encore actives aujourd’hui.

Engagée auprès des plus humbles

Par sa vie chrétienne « authentique » et sa « spiritualité profonde », la bienheureuse Alphonse Marie a su inviter à porter son regard vers « les faibles, les défaits, les rejetés, les malades, ceux qui fuient des situations de guerre, de violence, de persécution ». Son leitmotiv, « voir Dieu en Dieu, voir Dieu dans son prochain, voir Dieu en tout » sont, selon le prélat, « la synthèse merveilleuse » de son témoignage évangélique. Pour lui, clairement, il y a aujourd’hui un « grand besoin de témoigner de l’authentique amour chrétien ». Il a insisté sur le fait que cela ne devait pas se vivre de façon abstraite, mais en aidant les faibles et les pauvres de manière concrète.

Le style de vie de cette femme dévouée a rayonné de telle sorte qu’il en a attiré d’autres. Ainsi, en 1849, naissent les sœurs du Divin Rédempteur, qui exercent un apostolat auprès des plus pauvres afin de « répondre à leurs besoins spirituels et matériels ». Le cardinal Giovanni Angelo Becciu les définit comme de véritables « missionnaires de la charité ».