Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Abonnez-vous à notre newsletter

Aleteia

À la suite du pape François, deux évêques prennent la parole

© Denis Meyer Hans-lucas
Mgr Michel Aupetit, lors de sa messe d'installation. Cathédrale Notre-Dame de Paris, 6 janvier 2018.
Partager

Les 6 et 7 septembre derniers, Mgr Luc Ravel et Mgr Michel Aupetit, archevêques de Strasbourg et de Paris, ont publié chacun une lettre à la suite de celle du pape François, à l'intention des fidèles.

Alors que, dans un contexte d’abus sexuels dénoncés au sein de l’Église, le pape François a adressé une Lettre au peuple de Dieu dans laquelle il affirmait l’engagement de l’Église aux côtés des victimes, Mgr Luc Ravel, archevêque de Strasbourg et Mgr Michel Aupetit, archevêque de Paris, se sont saisis du sujet à leur niveau.

La nécessité d’une « thérapie collective »

La lettre de Mgr Luc Ravel, intitulée Mieux vaut tard, a été publiée le 6 septembre dernier dans un hors-série de l’Église en Alsace. Il explique sa démarche : « Dans cette deuxième lettre pastorale, je veux reprendre pour toute l’Église en Alsace cet appel du Pape à un renouveau profond […]. Les réflexions que je vous partage tournent autour d’une idée maîtresse : ces “affaires” ne sont pas derrière nous. Elles forment notre présent spirituel. Elles nous interdisent de continuer dans le futur sans changer en profondeur, sans se laisser saisir à neuf par le Christ ».

La lettre, d’une petite trentaine de pages, est divisée en quatre chapitres, dans lesquelles le prélat aborde différents thèmes : les victimes, les prêtres coupables, l’Église en action, insistant sur le fait que chacun est concerné. Il choisit des mots forts, parlant d’une « gangrène » et de la nécessité d’une « thérapie collective pour l’Église ». Il y rappelle le devoir de tous : « Nous avons ensemble la tâche de donner un sens global à toutes ces affaires ténébreuses, un sens au-delà de la condamnation des dérives personnelles d’un prêtre. […] Il s’agit de porter un diagnostic épidémiologique qui peut expliquer bien des sécheresses et des infécondités de notre Église occidentale ».

Un dispositif renforcé dans le diocèse de Paris

Vendredi 7 septembre 2018, Mgr Michel Aupetit a également publié un message d’une page à l’intention des fidèles du diocèse de Paris, destiné à être diffusé dans les paroisses de la capitale. Il les invite d’abord à lire attentivement la lettre du souverain pontife. Citant l’Évangile de Matthieu, « rien n’est voilé qui ne sera dévoilé, rien n’est caché qui ne sera connu » (Mt 10, 26), il appelle chacun, à la suite du Pape, « à ne jamais choisir un silence complice avec le mal, en gardant le sens de la responsabilité ». « Le prêtre est au service de la vie des baptisés », affirme-t-il, précisant que le diocèse de Paris est engagé depuis des années dans un processus de protection des mineurs et des adultes vulnérables, « avec un dispositif renforcé pour l’écoute des personnes blessées, l’accompagnement, la pleine collaboration avec les autorités civiles et la prévention ».

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]