Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Les nounous de nuit : un concept séduisant, mais…

BABY SLEEPING
By FamVeld | Shutterstock
Partager

De plus en plus de parents désemparés et exténués font appel à des nounous de nuit, auxiliaires de puériculture ou infirmières puéricultrices, qui prennent en charge les nouveau-nés de 22 heures à 6 heures du matin, pendant que les parents s’offrent une, ou plusieurs, vraies nuits de sommeil.

Des « fées », des « sauveuses », des « anges gardiens »… les éloges ne tarissent pas sur ces nounous de la nuit qui veillent sur les nourrissons pendant que père et mère récupèrent. À entendre les heureux parents, les bénéfices sont enthousiasmants : nuit réparatrice, conseils prodigués par une professionnelle, décharge des biberons nocturnes, récupération rapide de sa forme physique, soutien psychologique…

Un concept nouveau

Avec l’éloignement géographique et les activités professionnelles des grands-parents, autrefois plus susceptibles d’apporter leur aide lorsque la mère sortait de la maternité, et avec l’exigence de retrouver rapidement sa forme physique pour reprendre le travail, les nurseries de nuit, d’abord crées aux États-Unis et dans les pays scandinaves, sont un concept relativement nouveau en France. Les principales agences de mise en relation, telles que Ma Bonne Fée, Nounou Décalée, ou encore Bonne Nuit Maman sont récentes.

Les écueils de la nurserie nocturne

Cependant, certains pédiatres mettent en garde contre le côté « déshumanisant » de la nurserie de nuit. Brigitte Virey, membre du Syndicat national des pédiatres français, craint à terme une perte de repères pour l’enfant. « S’il pleure, c’est qu’il y a une demande. Or, quand les parents délèguent leur responsabilité, ils nient la signification des pleurs de l’enfant. Cela peut être considéré comme un abandon si c’est répété. Cette démarche doit rester ponctuelle. »

Outre le caractère ponctuel qu’il est important de souligner, rappelons qu’il est normal qu’un enfant de deux ou trois mois ne fassent pas encore ses nuits ! Les forums et réseaux sociaux traduisent le fait que beaucoup de mères s’impatientent voire s’indignent que leur nouveau-né les réveille une à deux fois par nuit. C’est normal ! Parents nous sommes et parents nous resterons, même quand les nuits sont hachées et difficiles. Il serait quelque peu égoïste de vouloir « profiter » de son bébé quand tout va bien et le reléguer à une tierce personne lorsqu’il demande simplement de l’amour et de la patience. Un enfant n’est pas uniquement un objet de « profit ».

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]