Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Pourquoi se détacher du regard des autres ?

Partager

Le livre Osez désirer tout, la véritable philosophie du Christ, de Denis Marquet, nous convie à ne plus nous inquiéter des reconnaissances de ce monde pour nous tourner vers notre intériorité. Aleteia a interviewé cet écrivain, philosophe et thérapeute.

N’est-ce pas agréable d’être regardé et apprécié par les autres ? De recevoir un compliment, une petite reconnaissance de la part de son chef ? Si nous nous arrêtons à la surface : ces faits correspondent à la pyramide de Maslow. Rien de nouveau sous le soleil : l’homme a besoin de reconnaissance. Et si ce besoin traduisait quelque chose de plus profond, et si les conséquences avaient une consonance plus… métaphysique ? Un truc comme « intériorité », cela vous parle ? Et si, en pensant que le regard d’autrui allait combler un vide existentiel, nous faisions fausse route ? Dans cette interview, Denis Marquet livre quelques bonnes nouvelles pour tous ceux qui ont soif d’infini, donc pour tous les hommes.

Aleteia : D’où vient ce désir de l’homme d’être regardé et aimé par les autres ?
Denis Marquet : Nous avons besoin d’amour par essence. Cela se voit dès le début de notre vie : on dépend des autres, de leur amour. Enfants, ils nous nourrissent. Mais, depuis la chute de l’homme, nous vivons séparés de notre source de vie. Ainsi, notre quête de l’amour est inévitable, mais sans issue si nous cherchons l’amour chez l’autre, car nous sommes confrontés à un amour qui est limité. Avec de la maturité, on se rend compte que notre désir d’amour est infini. Comme le dit alors Jean-Baptiste, il faut effectuer un retournement de notre âme vers l’intériorité.

Pouvez-vous définir intériorité et extériorité ?
Ce ne sont pas des lieux : on ne peut pas vraiment leur donner une définition… Ce sont des mouvements. L’extérieur est ce qui se manifeste dans le monde. « Moi » : je suis un objet dans le monde et je suis attiré par des choses extérieures. Mais il y a un autre mouvement vers l’intérieur qui n’appartient pas au monde manifesté. Il faut lâcher prise vers ce mouvement intérieur.

Comment et pourquoi retrouver cette intériorité ?
En s’orientant vers l’amour infini : car c’est celui-là seul qui pourra combler notre désir d’infini. Quand on accède à l’intériorité, on se perçoit comme un être qui donne et qui rayonne. Comme dit saint Paul dans les Actes des Apôtres (Ac 17, 28) : « car en Lui nous avons la vie, le mouvement, et l’être ». On ne reçoit qu’en donnant.

Peut-on accéder à l’intériorité par l’introspection ? Est-ce la même chose ?
Dans un sens, observer les mouvements de son âme, les mouvements internes, ce n’est pas inutile. Mais on reste dans la psychologie et on ne s’en sortira pas uniquement avec cela. L’intériorité est plus profonde que la psychologie. Nous vivons séparés de notre source, nous sommes dans une impasse existentielle. Se connaître soi-même peut aider. Mais il faut avant tout faut lâcher prise avec les mouvements extérieurs. Nous cherchons la reconnaissance, nous cherchons à être comblés dans les activités professionnelles, dans l’amour. Mais dans ce cas, nous ne serons jamais pleinement satisfaits, rien d’extérieur ne pourra nous combler. Il faut retourner vers la source. (ndlr: « Dieu plus intérieur que le plus intime de moi-même » dit saint Augustin).

Est-ce possible de recevoir cet amour infini dans un corps mortel ?
C’est possible dans un corps incarné. Le Christ ouvre cette voie où le corps peut-être le lieu de la manifestation de l’amour. Arrêtons de vouloir recevoir de l’autre, mais donnons : tout change. Nous attendons d’autrui qu’il valide notre être. Mais on se perd soi-même et on perd autrui si on ne s’émerveille plus. L’amour commence avec un émerveillement. Je m’ouvre à ma source, à Dieu. Quelqu’un qui me demande de l’Amour : je lui donne ce que je n’ai pas. Mais je ne me relie à ma source que quand je donne.

 

Osez désirer tout, la véritable philosophie du Christ, Denis Marquet, Flammarion, 287p, 18 euros

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]