Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

« La révolution d’amour » commence « dans le cœur des familles »

POPE FRANCIS GENERAL AUDIENCE
Antoine Mekary | ALETEIA | I.MEDIA
Partager

Les familles font partie de la “révolution d'amour et de tendresse“, a déclaré le pape François, revenant sur son voyage en Irlande lors de l'audience générale le 29 août 2018 sur la place Saint-Pierre à Rome. Le pontife était en visite apostolique en Irlande les 25 et 26 août à l'occasion de la Rencontre mondiale des familles.

Cliquez ici pour ouvrir le diaporama

Les dizaines de milliers de familles présentes à Dublin ont été « le signe éloquent de la beauté du songe de Dieu pour l’entière famille humaine », a estimé l’évêque de Rome. Son rêve est celui de l’unité, de l’harmonie et de la paix, fruits de la fidélité, du pardon et de la réconciliation offerts par le Christ.

« Une révolution d’amour et de tendresse ! »

Dieu invite les familles à faire partie de ce rêve, a-t-il affirmé, « afin que personne ne soit seul, ne soit pas voulu ni exclu ». « Combien le monde a besoin d’une révolution d’amour, de tendresse », s’est exclamé le pontife. Et cette révolution « commence dans le cœur de la famille« . « L’idéal n’est pas la destruction de la famille, ce n’est pas le divorce ! L’idéal est d’encourager la famille à aller de l’avant ! », a lancé le pape avec fermeté.

« J’ai demandé pardon »

Par ailleurs, a confié le pontife, à plusieurs reprises en Irlande, « j’ai demandé pardon au Seigneur pour les abus commis sur des mineurs par des membres de l’Eglise dans ce pays, et pour le scandale et le sentiment de trahison suscités ». Les évêques irlandais, a soutenu le pape François, ont entrepris « un sérieux parcours de purification et de réconciliation ». Avec l’aide des autorités nationales, ils ont su mettre en place une série de « normes strictes pour assurer la sécurité des jeunes ».

« Trop peu de vocations »

Le successeur de Pierre a ainsi incité les prélats irlandais à s’appuyer sur la « foi profonde » du peuple irlandais, afin que l’Eglise de l’île entre dans une ère de renouveau. « Il y a la foi dans ce pays, mais il y a trop peu de vocations », a-t-il déploré. Le pontife a alors demandé de prier pour que « Dieu y envoie de saints prêtres », avant de réciter un « Je vous salue Marie » avec la foule.

Le « mensonge » de la culture du provisoire

Après sa catéchèse, le pape François a salué les pèlerins francophones, en particulier un groupe de fidèles de Toulouse et des membres des Missions étrangères des Capucins du Bénin. Le pape leur a demandé de prier pour les familles afin qu’elles soient « joie pour le monde ».

Le Souverain pontife a affirmé par ailleurs aux pèlerins de langue arabe que les difficultés traversées par les familles ne « peuvent réduire leur importance pour la société ». Le besoin d’amour durable qui sauve de la solitude et du “mensonge“ de la culture du provisoire, a-t-il considéré, ne peut être remis en question.

Au terme de l’audience, le pape a également évoqué la quatrième Journée mondiale de prière pour le soin de la création qui se tiendra le 1er septembre prochain. Dans le message délivré à cette occasion, le pontife attirera l’attention sur la question de l’eau, un « élément essentiel à protéger et à mettre à la disposition de tous ».

L’audience générale en images :

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]