Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Abonnez-vous à notre newsletter

Aleteia

Elle gagne au loto et claque tout dans un projet humanitaire

RACHEL LAPIERRE
Partager

Alors qu’elle avait gagné un million de dollars à la loterie nationale en 2013, une Canadienne a décidé de suivre mère Teresa et a créé une association afin de « donner la chance aux riches de toucher les pauvres ».

Rachel Lapierre a toujours eu le sens des autres. Cet ancien mannequin, lauréat du concours Miss Québec de 1982 et mère de famille de quatre enfants, s’est adonnée durant des années à des activités bénévoles. Après avoir dirigé sa propre agence de mannequinat, elle a travaillé comme infirmière et multiplié les voyages humanitaires en Inde et en Haïti.

Donner du sens à son existence

En 2013, la Providence frappe à sa porte puisque Rachel gagne un « salaire à vie » à la loterie québécoise, c’est-à-dire 1.000 dollars canadiens hebdomadaires. Elle a alors pressenti qu’elle allait se consacrer à un nouveau projet au service des plus humbles. « Je désirais faire quelque chose que j’aimais pour le restant de ma vie. Je voulais me mettre au service des autres », témoigne-t-elle. Ni une ni deux, en deux mois, elle quitte son travail et lance sa propre organisation caritative, Le Book Humanitaire, qu’elle définit comme « un lieu permettant de lier des gens de cœur à des gens dans le besoin ». Ce mouvement gère et coordonne la distribution de dons à des gens dans le besoin. Les projets sont variés : aide aux familles de réfugiés, recherche de logements pour les personnes dans le besoin, collecte de jouets pour les enfants, accompagnement de personnes malades chez un médecin, dons de vêtements…

Aujourd’hui, la vie de Rachel est loin des paillettes et du monde glamour du mannequinat. Et pourtant, c’est cette existence simple dans laquelle elle expérimente le détachement et le partage qui l’a aidée à trouver le vrai bonheur et qui a « nourri » son âme, selon ses mots. Car, prenant au mot la sainte de Calcutta, elle a donné ses mains pour servir et son cœur pour aimer.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]