Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Les forêts de Rouen, témoins de l’apogée du monachisme normand

ABBAYE DE JUMIEGES,ST PIERRE
Vue aérienne de l'abbaye de Jumièges.
Partager

Lieu de détente, de loisirs, de légendes ou de mémoire, la forêt tient une place importante dans le cœur des Français. Alors qu’elle recouvre 31% du territoire métropolitain, Aleteia en a sélectionné quelques-unes pour vous évader le temps d’un été. Découvrez aujourd’hui le parc naturel régional des Boucles de la Seine Normande.

Cliquez ici pour ouvrir le diaporama

Véritable poumon vert dans un quart nord-ouest de la France relativement peu boisé, les forêts de Rouen contribuent largement à l’identité de la vallée de la Seine où se mêlent indissolublement nature et patrimoine. Situé entre Rouen et Le Havre, le parc naturel régional des Boucles de la Seine Normande a été créé en 1974 et s’étend sur 80.000 hectares. C’est au sein de ce dernier que la rédaction d’Aleteia a décidé de faire une halte… culturelle et spirituelle. « L’association entre le fleuve, la ville et la forêt forme des paysages typiques des boucles de la Seine normande, émaillés par un chapelet d’abbayes », détaille ainsi l’ONF.

La Normandie, terre d’abbayes

Les abbayes sont en effet omniprésentes dans le paysage normand. Les ermites et les missionnaires y furent les précurseurs du mouvement monastique. « Les premiers monastères de Normandie eurent souvent pour origine un modeste ermitage », explique le site de l’association Abbayes normandes. « Les récits hagiographiques du VIe siècle évoquent des fondations destinées à l’évangélisation des populations saxonnes de la zone côtière ». Mais c’est un siècle plus tard, au VIIe siècle, que les fondations monastiques fleurissent à foison en Neustrie (le royaume franc correspondant à l’ancien royaume de Syagrius, au nord-ouest de la France actuelle, et qui a initialement pour capitale Soissons, ndlr). Quelques-unes se situent dans la tradition des fondations royales inaugurées au siècle précédent par la dynastie mérovingienne.

Domaine public
L'abbaye de Jumièges.

C’est le cas du grand monastère bénédictin de Jumièges, qui fut construit en 654 par saint Philibert, abbé de Rebais et ami de l’évêque saint Ouen, après une donation de Clovis II et de sa femme sainte Bathilde. Dès sa création, sous saint Philibert, l’école monastique liée à la bibliothèque est, avec celle de l’abbaye Saint-Wandrille de Fontenelle, l’une des plus réputées de Neustrie. Son influence va jusqu’en Angleterre et dépeuple parfois d’autres monastères ! Vers 700, à l’époque la plus glorieuse et la plus prospère de Jumièges, il y aurait eu 900 moines et 1 500 serviteurs qui « par leur travail défrichent les terres, les transforment en jardins, vergers, culture, prés et vignobles ».

Mais le 24 mai 841, les Vikings incendient le monastère carolingien avant de revenir et de le piller. Devant la menace scandinave, les moines s’exilent, emportant les reliques et les manuscrits les plus précieux. La renaissance viendra quelques siècles plus tard, en 1067, lorsque l’archevêque de Rouen, le bienheureux Maurille, consacre solennellement la grande église abbatiale de Notre-Dame de Jumièges, en présence du duc de Normandie Guillaume le Conquérant qui donne des biens anglais à l’abbaye.

« Plus belle ruine de France »

Petit saut temporel. Durant les guerres de religions, pendant la seconde moitié du XVe siècle, les Huguenots, qui ont ravagé Rouen, Dieppe, Le Havre et Caudebec, arrivent aux portes de Jumièges. À la Révolution, comme bien des bâtiments religieux, l’abbaye est vendue au titre des biens nationaux et devient une carrière de pierres. Au fil des années, l’abbaye de Jumièges est peu à peu laissée à l’abandon. Son salut viendra pour une partie de la période romantique : l’abbaye connaît une renommée importante grâce à Victor Hugo qui la surnomma « la plus belle ruine de France ». En 1947, deuxième temps de son salut, elle redevient propriété de l’État puis propriété du département de Seine-Maritime soixante ans plus tard. De lourds travaux de consolidation sont alors entrepris.

ABBAYE DE JUMIEGES,NOTRE DAME
Laure2906 | CC BY SA 3.0 | Wikipedia
Abbatiale Notre-Dame, chœur gothique.

Que retenir de cette abbaye ? Elle demeure l’un des plus anciens et des plus importants monastères bénédictins de Normandie. S’il ne reste aucun vestige apparent de l’époque de sa fondation au VIIe siècle, du haut de ses tours blanches, qui s’élèvent à presque 50 mètres au fond d’une boucle de la Seine, neuf siècles d’architecture nous contemplent.

ABBAYE DE JUMIEGES,ST PIERRE
© Raimond Spekking & Elke Wetzig | CC BY-SA 4.0 (via Wikimedia Commons)
Vue aérienne de l'abbaye de Jumièges.

Pour découvrir les plus belles abbayes de France, cliquez sur la première image :

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]
Les lecteurs comme vous contribuent à la mission de Aleteia

Depuis notre création en 2012, le nombre de lecteurs de Aleteia a augmenté rapidement dans le monde entier. Notre équipe est déterminée à proposer des informations qui enrichissent et inspirent la vie de nos lecteurs avec une dimension catholique. C'est la raison pour laquelle nous voulons que nos articles soient gratuits et librement accessibles à tout le monde, mais pour ce faire, nous avons besoin de votre aide. Un journalisme de qualité a un coût (que la publicité sur Aleteia ne peut couvrir entièrement). C'est pourquoi des lecteurs comme VOUS font une différence majeure en faisant un don d'à peine 3 euros par mois.